Skip to content

Je suis un homme féministe

J’ai toujours vu cette part de féminité en moi. Et d’ailleurs, lorsque j’ai fait mon premier tatouage à 20 ans, le ying et le yang, c’était ce que je voulais faire ressortir comme valeur. Une harmonie, l’alliance des contraires, un équilibre entre ma part féminine et ma part masculine. A cette époque nous étions bien loin des débats d’aujourd’hui et la remontée du mouvement féministe. Néanmoins, j’avais déjà dans mon esprit cette image forte et indépendante de la femme. Dernièrement, je regardais une série et une scène en particulier m’a marquée. Elle s’est abattue sur mon esprit me faisant dire ces mots : “ je suis un homme féministe “. 

J’ai longtemps hésité à rédiger cet article, et tout bonnement mis du temps à me dire que je suis féministe. Pourquoi ? J’avais peur de m’approprier une cause. Car oui disons le clairement, je suis un homme, notamment blanc et donc faisant partie des “privilégiés”. Ne vivant pas les mêmes difficultés et discriminations dont sont victimes la gente féminine, je me disais que je ne pouvais pas l’être par respect. Et puis il y a eu cette scène… Je regardais un épisode de Sex Education, série Netflix qui parle de sexe avec une approche psychologique voire éducative pour les jeunes adultes. Dans cette série, l’une des élèves subit une agression sexuelle dans un bus, lui faisant perdre toute sa confiance en elle, en son corps et en les hommes. Elle en parlera finalement que quelques épisodes plus tard, à d’autres filles lors d’une heure de colle. Durant cette heure, elles se trouveront toutes un point commun : chacune a déjà subit une agression sexuelle… Et là je me mets à pleurer… Même scénarisé, beaucoup de femmes ont ce point commun… Et le problème, dans la série, “c’est qu’elles n’ont pas de bites”. Je me suis senti tellement honteux de faire partie de cette gente masculine capable de tels actes… Dans ma tête, ça a commencé à bouillonner… Je ne veux pas d’une société où une partie des êtres humains pensent avoir un droit sur d’autres. Je ne veux pas d’une société où les hommes se pensent plus forts que les femmes et considèrent qu’ils ont de ce fait plus de droits. Je ne veux pas d’une société où la sensibilité est considérée comme une faiblesse et, de ce fait, réservée aux femmes. 

Il est vrai que j’ai tendance à vouloir me battre pour beaucoup de choses. Beaucoup de causes me touchent, mais celle-ci tout particulièrement. Je n’ai qu’à regarder mon entourage pour comprendre les dégâts qu’ont provoqué certains hommes. Je vous l’expliquais dans mon article concernant les femmes de ma famille. J’ai été élevé par des femmes fortes qui ont subi le contrôle des hommes à diverses époques, et qui ont dû s’armer de courage pour prendre leur place. Elles ne m’en ont jamais parlé clairement mais j’ai compris par moi-même. J’ai donc eu cet exemple de femmes fortes qui ont dû se battre pour exister dans un monde machiste, où les hommes avaient un immense pouvoir et ne leur ont pas fait de cadeau. Peut-être qu’elles ont laissé dans mon ADN, leur force et leur courage mais aussi quelques troubles du à la maltraitance des hommes à leur égard… je ne sais pas. Cette représentation de la femme indépendante, capable de tout et qui défie l’idée que nous a donné le patriarcat, nous la voyons de plus en plus dans la pop culture. Certes avec un peu de retard, mais comme dit le proverbe : “mieux vaut tard que jamais”. Quel plaisir de voir les femmes du Marvel Cinematic Univers, se regrouper dans cette épique pour venir secourir Peter Parker, alias Spider Man. La masculinité toxique est davantage mise au grand jour via les réseaux sociaux, les différents mouvements mais aussi des personnalités, femmes comme hommes. Malgré tout ça, nous avons encore beaucoup de chemin à faire… Les féminicides sont encore nombreux (99 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en date du 7 novembre 2021), les femmes n’ont pas un salaire égale aux hommes, les témoignages de misogynes sont encore bien présents… Je discutais par ailleurs avec une amie, qui me disait qu’il va être difficile pour elle d’évoluer dans sa boite et qu’elle sent qu’on lui met déjà des bâtons dans les roues. Ça me révolte tellement… Pourquoi une femme n’arriverait-elle pas à avoir les mêmes responsabilités qu’un homme ? Parce que vous croyez peut-être qu’elles ne sont pas confrontées à des responsabilités bien plus fortes au quotidien ! Le patriarcat est encore bien ancré, et ce à tous les niveaux. Il n’y a pas si longtemps je regardais le reportage sur la tutelle de Miss Britney Spears et comment celle-ci a été littéralement privée de ses droits par son père… Plus de droits sur son corps, ses enfants, sa carrière… Dirigée par un homme qui n’a pas hésité à se servir d’elle pour engranger plus d’argent. Aujourd’hui ça n’est plus seulement aux femmes de changer la vision des hommes, mais bien à nous, hommes, de participer à déconstruire la masculinité et de changer les mentalités. 

Avant de travailler sur Deeply Sensitive, je savais que j’étais un homme très différent de l’image que se faisait la société. Et puis j’ai remarqué que nous étions finalement plus nombreux que je ne le pensais, que je n’étais finalement pas tout seul à vivre les mêmes difficultés d’acceptation. En m’ouvrant à d’autres, j’ai découvert de nouvelles façons de voir et de m’allier à certaines pensées combinées à mes propres convictions. Notamment sur celle-ci en particulier : il faut déconstruire cette image de l’homme dénué de sentiments et d’émotions, non sensible, au grand pouvoir sur son environnement. Non, nous sommes bien plus que cela. Comme n’importe quel être humain nous pouvons nous montrer sensible, vulnérable, perdu, empathique et conscient du monde qui nous entoure. Et conscient du monde qui nous entoure, je parle bien évidemment des autres humains, que nous devons respecter et traiter comme notre égal. Arrêtons de nous prendre pour les rois du monde, de siffler dans les rues, de forcer quand c’est non. Arrêtons de croire que la sensibilité est une affaire de femme. Réinventons l’homme, donnons lui des nuances, des tailles différentes, des poids différents et pourquoi pas une identité sexuelle différente. Tout ceci est peut être une vision utopiste, mais j’y crois profondément, et je sais que je ne cesserai d’y croire. Si vous avez besoin d’exemples, allez voir les vidéos de Ben Névert (auteur de Je ne suis pas viril, édition First), les publications de Clément, alias, @Super.Sensible sur Instagram, lisez les livres de Saverio Tomasella, allez voir le spectacle Sensiblement viril d’Alex Ramirès… Certains ont déjà mis le pied à l’étrier, alors pourquoi pas ne pas le faire vous aussi. Pour ma part mon choix est fait, je veux faire partie d’un monde où je vois des hommes sensibles, des femmes respectées et représentées, des êtres qui n’ont plus peur d’être ce qu’ils veulent être (dans la mesure où ils ne font de mal à personne).  

Je suis un homme féministe et j’ai aucune honte à le dire. C’est d’ailleurs même une conviction. Je veux être à côté d’elles, dans leurs combats. Je veux m’allier pour faire en sorte qu’elle ne soit plus harcelée par les hommes. A ma manière je veux déconstruire cette masculinité toxique qui nous entrave tous. Homme, connectons nous à notre féminité et respectons les femmes à leur juste valeur. Le féminisme n’a pas de genre.

PS : J’ai terminé cet article les larmes aux yeux et ce pour je ne sais quelle raison… J’avais tellement envie de rendre hommage à vous toutes. Je me suis laissé porter parce que mon coeur avait envie de dire… J’espère sincèrement n’avoir offensé personne.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.