Skip to content

1 an après la création de Deeply Sensitive

A l’occasion de la sortie de l’épisode « Grandir dans son projet » de A fleur de peau, le podcast de notre amie Pascaline, où nous revenons sur notre cheminement à David et moi à travers le blog, je me suis dit que ce serait sympa de revenir sur les points importants abordés pendant notre échange et d’ajouter ceux que je n’ai pas dit. Vous savez, ceux qui nous viennent seulement après une conversation et où on se dit “Mince! J’aurais dû dire ça..!”. Alors les voilà.

La sensibilité n’est pas une faiblesse mais le courage d’être soi-même.

Saverio Tomasella & Charlotte Wils

Le partage 

Deeply Sensitive, c’est notre blog sensible, mais c’est surtout le prolongement de nous-même et de notre espace vers le vôtre, chers lectrices et lecteurs. Ce prolongement, c’est l’idée que, comme le dit si bien Rebecca Campbell, “c’est en entendant le voyage de quelqu’un d’autre qu’on se sent moins seul.e”. Alors continuons de s’ouvrir et de partager…

L’invisible & le visible

J’aime bien l’idée qu’avec David on fait un travail invisible qui devient visible par l’intermédiaire du blog. On pense à un sujet, on pose des mots dessus, cela devient un article, puis une image pour Instagram et enfin vous le partagez avec nous, vous commentez et nous nous connectons ensemble à travers nos écrits. Les histoires et les ressources que nous vous partageons nous permettent de créer un lien et quelque chose de plus grand que seulement des articles. N’est-ce pas merveilleux ?

Blog & cheminement personnel 

Lorsque nous avons lancé Deeply Sensitive, ce n’était pas pour moi le marqueur d’un cheminement personnel. Je ne me suis jamais dit que ce blog serait le point culminant de la découverte de ma haute sensibilité, mais au contraire qu’il ferait partie de mon voyage intérieur. Ma sensibilité élevée, je l’ai conscientisée depuis bien longtemps. Le fait de la partager à travers Deeply Sensitive, c’est l’inclure dans une conscience qui n’est plus seulement la mienne de manière individuelle, mais collective.  Participer à cette conscience collective autour de la sensibilité est pour moi un nouveau chemin. Ce chemin sur lequel j’avance, j’y suis arrivée en apprenant à me connaître et à connaître ma sensibilité. Lorsqu’on chérie sa sensibilité, qu’elle soit élevée ou non, nous chérissons qui nous sommes vraiment en tant qu’être humain, et je crois profondément qu’être ultrasensible rend joyeux. C’est une si belle manière de voir la Vie. Comme le dit Frédéric Lenoir, “plus on est joyeux, plus on veut aider les autres”. Pour cela, il faut continuer son petit bonhomme de chemin, et c’est ce que nous faisons avec David à travers notre blog. Notre chemin a pris un nouveau croisement, et il nous a offert votre présence.

Que m’a apporté Deeply Sensitive ?

La création de ce blog m’a apporté la stimulation d’avoir un nouveau projet. J’ai été, et je suis toujours, galvanisée par le blog et tout ce qui l’entoure. Deeply Sensitive m’a apporté une richesse immense, de par de belles rencontres et des échanges captivants, et surtout, il m’a apporté la possibilité de faire entendre ma voix dans un espace dédié que j’ai ouvert, et pour tout ceci, j’éprouve une gratitude infinie

Coupée de tout… ou presque !

L’année 2021 a vu la création de ce merveilleux projet qu’est Deeply Sensitive, mais ce fut aussi à bien des égards une des années les plus difficiles que j’ai vécu jusqu’à présent. Importants soucis de santé, mémoire de fin d’étude, dernière année de Master, deuil, solitude profonde, manque de lien social… J’ai dû faire face à tant de difficultés l’année passée, qu’aujourd’hui je suis très fière de moi. J’ai surmonté les épreuves petit à petit tandis que j’aurais pu m’effondrer plus bas que terre. Pendant ces longs mois, le blog a été ma petite bulle d’espoir et de fraîcheur. Il était le moyen pour moi de sortir de mon quotidien et d’avoir l’impression de participer à quelque chose de plus grand que moi et mes soucis. De plus, métro, boulot, dodo, très peu pour moi. Ce blog m’a permis de me rapprocher de cette vie plus riche que j’ai envie de mener. Il m’a permis de mener un projet qui ait du sens pour moi et de combler cette ambition humaniste que j’ai.

Alors que j’étais très isolée, Deeply Sensitive m’a donné l’impression de faire partie d’un tout, ce qui est plutôt rassurant pour tout être humain. A travers les témoignages que nous avons reçus, les commentaires, les connexions et nombreux échanges, je me suis sentie moins seule par moment. J’ai mis toute mon énergie, toute ma bienveillance et ma générosité à travers ce blog, et j’ai reçu tellement plus en retour

Avant / Après Deeply Sensitive

Quand on tient un blog, cela demande beaucoup d’investissement personnel et de temps. Quand on tient un blog à deux, cela demande une très bonne organisation et beaucoup de compromis ! Grâce à cette belle expérience, j’ai appris à lâcher prise. J’ai appris à me dire “ce n’est pas parfait, et c’est ok !” Monsieur le perfectionnisme n’a qu’à aller se rhabiller (bon ok, il est toujours là), plus ça va, plus je lâche ! Croyez-moi c’est une vraie victoire car c’est loin d’être facile. Une faute par ci ? Un oubli par là ? C’est ok ! Mieux vaut fait que pas fait car pas parfait (vous avez suivi ?). 

Tenir un blog, c’est aussi ouvrir le champ des possibles, et notamment au dialogue. Mes proches à qui je parlais souvent de sensibilité ont également beaucoup appris à travers Deeply Sensitive. Pour certains d’entre eux, ils suivent attentivement les articles, lives et autres post Instagram. Leur soutien me fait chaud au cœur et le fait qu’ils s’intéressent à ce sujet si important pour moi me donne l’impression d’avoir accompli une mission ! Leur vision a changé, s’est ouverte, et j’aime à croire que cela participe à la révolution sensible et à plus de tolérance. 

Séléné, 24 ans, graphomane… Enchantée !

Ah l’écriture… C’est THE point important au centre de toute cette superbe aventure. Pour tout vous dire, j’ai toujours aimé écrire. Petite j’écrivais des histoires, des poèmes, je tenais avec rigueur mon journal intime, j’envoyais des lettres à ma famille (qui n’aime pas recevoir une jolie lettre ?)… Cette passion ne m’a jamais quitté. Il faut dire ce qui est : je suis graphomane. Toujours un carnet à portée de plume, j’écris à peu près tout ce qui me traverse la tête. Ce qui idéal, important et que j’aime à travers Deeply Sensitive, c’est le fait qu’écrire me permet d’entrer en relation avec tout un tas d’autres choses… Vous lectrices et lecteurs mais aussi le sujet en lui-même dont je parle dans mes articles et le propos tenu. Le fait de poser des mots sur ce que j’ai expérimenté ou appris donne encore une nouvelle dimension à mes écrits. Et même si ce que j’ai écrit il y a un an n’est plus ma vérité actuelle, celle d’aujourd’hui n’est pas non plus celle de demain. J’évolue, tout comme vous ! Et c’est aussi fascinant que galvanisant


C’est ainsi que s’achève cet article récapitulatif de mon intervention dans l’épisode 47 du podcast A fleur de peau de Pascaline Michon. Pour découvrir l’intervention de David, rendez-vous sur les plateformes d’écoute ! Découvrez également son article rétrospectif par ICI.

Que vous nous suiviez depuis le début ou depuis 10 minutes, merci du fond du cœur pour votre soutien. Sans vous, le blog ne vivrait pas.

Gratitude immense.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.