Skip to content

Âmes sensibles s’abstenir

Même si la période d’Halloween est passée, nous sommes dans la période un peu creepy et encore un peu loin des périodes des fêtes de fin d’année. Pendant cette période, on sort les citrouilles, les masques terrifiants et les draps troués qu’on suspend pour donner un effet fantomatique. Mais cette période me rappelle surtout les films d’horreurs et autres films gores et violents. C’est donc le moment parfait pour vous parler de mon ressenti face à ces films et comment je perçois cette fête si particulière. 

Halloween est une célébration qui trouve son origine dans la fête celtique, Samain, organisée en Irlande et en Ecosse, il y a plus de 2500 ans. A cette période, signe de la fin de la fin de l’année et de la nouvelle qui commence, les celtes pensaient que la barrière était fine entre le monde des vivants et celui des morts. En France, Halloween a clairement perdu en notoriété en comparaison à d’autres pays dont c’est restée une véritable tradition. Sans doute que nous avons un rapport très intime pour célébrer le jour des défunts. C’est plutôt pour nous l’occasion de nous recueillir dans les cimetières et d’apporter de magnifiques chrysanthèmes. Finalement, elle est devenue aussi une fête commerciale, qui a notamment marqué la pop culture. Regardez les films qui passent dans les plus grands cinémas et vous remarquerez qu’on a toujours le droit à quelques films d’horreur en salle à cette période. Quand j’étais plus jeune j’aimais beaucoup Halloween. C’était l’occasion de se déguiser et surtout de remporter quelques bonbons au passage. Aujourd’hui, je suis beaucoup moins enjoué… Même si j’adore me déguiser, l’ambiance me glace le sang… Et puis se retrouver pour regarder des films effrayants ça n’est pas trop ma tasse de thé. Mais tout ceci a une raison dont je suis sûr que beaucoup de personnes hautement sensibles partagent avec moi. J’ai beaucoup de mal à supporter les films violents et d’horreur. 

Déjà jeune, j’avais très peur du noir. Dans ma famille on est plutôt superstitieux, et les récits d’âmes qui viennent nous voir sont plutôt fréquents. Du coup, mon jeune esprit a imaginé qu’un être m’attendait dans le placard de ma chambre. Et puis en grandissant ayant moi même eu des expériences paranormales, je n’ai jamais été tenté de regarder des films de ce genre. Et puis j’ai succombé à la tentation par simple curiosité et pour accompagner des amis, commençant par quelques visionnages chez moi en plein jour, puis ensuite sur grand écran. De moi-même je n’aurais jamais été voir un film d’horreur… Tout simplement parce que je suis quelqu’un qui a quand même assez peur. Et puis durant ces films je ressens tellement de choses et je me mets tellement à la place des protagonistes, qu’une fois le long métrage fini, il me faut plusieurs heures pour redescendre tellement ça a été intense pour moi. Les cris, le sang, la douleur, l’effroi… Tous ces sentiments me traversent de manière tellement forte qu’il m’est arrivé de pleurer en revenant du cinéma tellement j’étais bouleversé… Un soir avec un ami, j’avais commencé la série Hannibal, une très bonne série qui reprend très bien l’œuvre et des aspects psychologiques que j’aime beaucoup. Néanmoins après deux épisodes, j’ai dû demander à ce qu’on fasse une pause dans le visionnage et qu’on aille faire une balade pour m’aérer l’esprit. Je n’ai d’ailleurs jamais fini la série. Et pour tout vous dire, j’ai même eu des frissons en regardant Stranger Things… Un film m’a aussi particulièrement marqué, loin d’être un film d’horreur mais un film plutôt réaliste et d’épouvante, Mother. Il m’a totalement bouleversé tellement les scènes sont réalistes et par moment dérangeantes… Et quand je suis face à un film qui touche aux enfants, alors là c’est fini, vous pouvez être sûr que j’ai quelque chose devant mon visage pour éviter de regarder. J’apprécie tout de même certains films qui ont véritablement une histoire et qui ne font pas peur pour faire uniquement peur, notamment les films oniriques dont par exemple Tim Burton ou Guillermo Del Toro ont le secret. 

En effet, à travers ce genre de film, je retrouve une certaine esthétique visuelle appréciable et un scénario souvent mystérieux qui donnent envie d’en savoir un peu plus. Et puis il y a aussi d’autres traditions qui rendent hommage aux défunts de manière festive comme au Mexique. C’est d’ailleurs je crois la manière dont je souhaite fêter Halloween. Pixar mettra d’ailleurs en scène el dia de los muertos à travers son film d’animations Coco, que j’ai adoré tant il y avait de couleurs, notamment très chaudes qui donnent du baume au cœur. Avant tout, je pense aussi que Halloween et la Toussaint sont des moments de connexions. Une connexion avec nous même et d’autres énergies qui nous entourent. Et d’ailleurs je me suis beaucoup renseigné sur des personnes disparues mais dont l’énergie est toujours présente. Bon il faut y croire et ça peut paraître un peu saugrenu, mais ça a changé ma vision que la pop culture et certains réalisateurs nous donnent sur les “esprits”. Bien entendu, chacun a ses convictions et ses croyances. Mais cela m’a aidé à avoir moins peur et de considérer vraiment la question spirituelle. Beaucoup peuvent paraître inexpliqués et je trouve tout ceci fascinant. De nombreux domaines peuvent se regrouper, la psychologie, la science, la religion, sans nous donner une réponse précise. Mais si réellement nous l’avions, que ferions-nous ? Peut-être qu’il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas savoir… 

Et bien voilà, je vous ai fait découvrir mon côté poule mouillée. Je ne critique absolument pas les personnes qui aiment les films d’horreur et je ne porte aucun jugement. Mais pour moi ça n’est clairement pas possible. J’ai l’impression d’être tiraillé par énormément de choses au visionnage et je me demande souvent comment j’aurais réagi si j’étais face aux mêmes situations que vivent certains protagonistes dans ce genre de film. Néanmoins c’est une question à laquelle j’ai pas forcément envie de trouver de réponse haha !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.