Skip to content

Empathique : une éponge à émotions

Définition : Capacité de s’identifier à autrui dans ce qu’il ressent. 

J’aurais tendance à penser que si tout le monde était empathique le monde serait bien meilleur. Imaginez qu’on arrive tous à ressentir ce que les autres ressentent. Nous serions alors tous sensibles aux pensées des autres ? Ainsi peut-être il y aurait moins de discriminations, moins de souffrances, moins de crimes… Repris souvent dans les comics comme un véritable pouvoir, certains héros empathiques arrivent même à insuffler leurs propres émotions aux autres. Souvent torturés, ces personnages vivent parfois très mal leur empathie. Loin d’être un pouvoir imaginaire, l’empathie peut être considérée chez certaines personnes comme un don bienfaiteur mais aussi une source de stress. 

L’empathie est un trait de caractère des personnes hautement sensibles. Dû au fonctionnement de notre cerveau, nous avons tendance à nous mettre facilement à la place des autres. Je ne veux pas me jeter de fleurs, mais par moment, je dois avouer que c’est quelque chose que j’ai en moi et que j’essaye de développer. Alors non pas à des fins de manipulations quelconque, mais pour mieux comprendre la personne en face de moi et ainsi l’aider du mieux que je peux. J’ai souvent été considéré comme un confident, et je me suis souvent demandé pourquoi ? Je ne suis pas un expert en psychologie, je ne suis pas non plus mentaliste. Mais pourtant il s’avère qu’on me consulte pour avoir un avis et je dois avouer que j’aime plutôt ça. Je sais qu’inconsciemment je suis très observateur et qu’il m’arrive bien souvent de remarquer des petits détails qui font que je sens un changement d’humeur chez une personne. Quand une personne ne va pas bien ou qu’elle est en colère, il m’arrive de facilement le détecter. Ça peut être un détail minime, un changement d’intonation de voix, une manière de dire bonjour, un geste. Et le pire c’est que je ne le fais même pas exprès. J’ai d’ailleurs souvent l’impression que c’est tourné vers moi alors que ça n’est pas le cas. Souvent, quand je vois une personne triste ou en colère, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter. Car je me mets à la place de cette personne, le mal qu’elle doit ressentir. Il m’est arrivé plusieurs fois d’être mal pour une personne qui vivait une profonde tristesse et une grande souffrance, alors que de mon côté tout allait bien. Mais juste de me dire que cette personne triste, j’en pleure… Les émotions des autres peuvent rester ancrées en moi longtemps et un jour ressortir en une crise de larmes incontrôlée. Et j’ai vraiment du mal à laisser une personne triste… Par moment je n’ai pas le choix car je dois gérer mes propres émotions, mais j’ai toujours cette arrière pensée pour la personne en souffrance. 

Ce côté empathique est extrêmement envahissant. Elle peut venir de l’ambiance d’un lieu, d’une atmosphère pesante, d’une situation… Notamment en cas de conflit, que je déteste par ailleurs. J’ai également du mal à voir des films extrêmement violents. La douleur que certains personnages ressentent me fait extrêmement mal, m’angoissent et une fois le film fini, je mets un temps fou à redescendre en pression tellement pour moi c’était intense. Par moment, je ressens tellement de choses venant de l’extérieur que je suis obligé de me retirer un instant pour être loin de tout ce brouhaha. C’est pour ça d’ailleurs que j’ai plutôt bien vécu le confinement. Outre le manque de mes amis, j’étais loin des tensions du bureau, de ma relation de couple trop prenante, du dehors trop rapide, finalement loin des émotions des autres… Quand je raconte tout ça, j’ai un peu peur de la réaction de certains… Peut-être que vous allez vous dire qu’avec moi il faut prendre des pincettes, que j’analyse tout… Mais je vous rassure, vous pouvez être vous-même car justement je suis apte à vous comprendre sans vous juger. Et ça c’est l’une des nombreuses qualités lorsque nous sommes empathiques.  

En effet, cette manière de ressentir les choses m’apporte aussi beaucoup de joie. Quand justement les choses vont bien, que les personnes autour de moi sont heureuses, qu’elles expriment cette joie de vivre, ça m’émeut aux larmes (oui je pleure souvent) ! Et cette empathie me donne aussi envie d’aider ceux qui m’entourent, de me préoccuper de leur bien être. Ce rôle de confident dont je vous parlais plus haut, je l’adore. D’humeur plutôt optimiste, j’ai envie d’apporter ça à des personnes qui justement voient les choses en noir. Même si je ne peux pas tout changer, juste un instant leur apporter un sourire, une petite parcelle de lumière, ça me met dans une grande joie ! Je pense que c’est également cette empathie qui permet à certaines personnes hautement sensibles d’anticiper certaines actions. Nous pouvons nous tromper bien entendu, mais en comprenant les autres et leurs ressentis, nous pouvons prévoir comment certaines personnes vont réagir ! Et par la suite, nous adapter à ce qui va arriver. Quand j’étais en couple, j’avais tendance à anticiper les conflits potentiels. Ce n’était pas vraiment une vie, je vous l’accorde. Je savais qu’à la moindre contrariété, j’allais avoir le droit à une crise, sans que ça ne soit de ma faute.

Pour ma part je vois vraiment l’empathie comme une forte qualité, car se mettre à la place de quelqu’un c’est voir aussi sa complexité, essayer de la comprendre et mettre en place des actions pour aider cette personne ! Finalement c’est ce qui nous rend humain. Elle me permet de réfléchir longuement, en essayant de comprendre l’autre je tente aussi de me comprendre moi-même. Alors attention je ne suis pas tout le temps dans l’analyse et j’évite de tirer des conclusions hâtives qui me mèneraient au jugement. Mais juste observer, voir à quel point, nous êtres humains sommes fascinants, car nous sommes tous différents. Nous avons tellement d’émotions, positives ou négatives, il y a tellement de paramètres, tellement de choses à ressentir. Je pourrais encore vous rédiger des lignes entières sur le sujet grâce à cette empathie… Mais j’ai bien peur que je risque de me perdre et vous perdre par la même occasion. Mais si vous la développez, vous pourrez l’utiliser dans plein de choses, notamment dans l’art ! Je vous en parlerai dans un prochain article, sur un art particulier que j’aime beaucoup et qui m’aide dans l’expression de mes émotions.

Mais surtout dites-moi, racontez-moi comment vous voyez cette empathie ? Comme un fardeau ? Une qualité ? Comment arrivez-vous à gérer ? N’hésitez vraiment pas à laisser un commentaire, j’aurais grand plaisir à vous lire et à converser avec vous en toute bienveillance.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.