Skip to content

La jauge de confiance en soi

La confiance en soi, on en parle si souvent que c’est comme si ces quatre petits mots n’avaient plus de sens. Que veulent-ils vraiment dire ? C’est quoi la confiance en soi ? Et l’estime de soi ?


Je me suis souvent questionnée à ce sujet, car au cours de ma vie, j’ai bien remarqué qu’à des moments plus qu’à d’autres, la confiance que l’on a en soi est mouvante. Elle évolue en même temps que nous, nos expériences, notre environnement, nos rencontres, notre cheminement… J’en parlais il y a quelque temps avec ma chère Sophie Deligiannis, que vous connaissez peut-être pour être l’hôte du podcast Il y avait une fois. C’est d’ailleurs grâce à la passionnante discussion que nous avons eu que j’ai été inspirée pour cet article. Ensemble, nous avons évoqué la confiance en soi sous forme de jauge. Tantôt vide, tantôt remplie à moitié ou bien pleine… La jauge varie. Elle se meut, s’agrandit, se rétrécit… La confiance en soi est loin d’être figée

On peut être très à l’aise devant un public de mille personnes, mais avoir peur face à ses beaux-parents. On peut être à l’aise avec une tenue extravagante dans la rue, mais ne pas l’être en maillot de bain à la plage. La confiance en soi dépend de beaucoup de facteurs, c’est pourquoi il est si difficile, selon moi, de la qualifier. Vous a-t-on déjà demandé si vous aviez confiance en vous ? Ou plutôt, vous-êtes vous entendu dire : “Je manque encore un peu de confiance en moi…”, comme si la jauge devait être pleine afin que nous puissions libérer notre plein potentiel ? 

“Notre plein potentiel”, ça aussi, qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’il faudrait qu’on soit toujours au top ? La meilleure version de nous-mêmes en permanence ? N’a-t-on donc pas le droit d’être vulnérable, fragile, et d’être le reflet de nos peurs ? Et si au lieu de penser que notre jauge devrait être à son maximum pour se lancer, nous prenions ce qu’il y a déjà à prendre, même si la jauge est remplie de moitié, ou même moins ? Et si, au lieu d’attendre que la confiance en soi nous tombe dessus, on décidait que nous l’avions déjà en nous ? Je suis en effet persuadée que la confiance en soi se cultive, mais pour y parvenir, il est indispensable de se porter un regard bienveillant…

Quand on y réfléchit, si on se répète sans cesse intérieurement que nous ne sommes pas bons à ceci, pas capables de faire cela, en aucun cas aptes à dire/agir de telle façon, alors on se positionne en permanence dans une situation qui nous auto-rabaisse. Or, nous sommes toutes et tous capables de faire bien plus que ce l’on croit. Nous avons toutes et tous cette capacité de nous surprendre et de faire des choses que nous n’aurions jamais pensé. C’est une grande étape et une grande fierté que d’oser faire des choses, de sortir de notre côté “victime” afin de réaliser que oui, on peut ! Cela fait augmenter considérablement la jauge de confiance en soi..! Encore faut-il oser passer à l’action. Mais ça, c’est une autre histoire. 

Mon histoire avec ma confiance en soi a beaucoup varié et varie encore. Comme je vous le disais, rien n’est figé et la jauge est en mouvement permanent. Si je devais penser à un moment de ma vie où la jauge était presque remplie au maximum, je devrais revenir quelques années en arrière. Lors d’une de mes activités extra universitaires, j’étais bénévole dans une compagnie de théâtre. Cette compagnie organisait beaucoup de conférences-débat que je présentais. Heureusement, c’était dans une petite ville, et il y avait rarement plus de cinquante personnes. Imaginez moi, sur la scène d’une salle de cinéma, avec un micro, en train d’introduire les conférences. J’étais stressée comme jamais. Avant le début de chaque soirée, j’écrivais un petit texte que je répétais dans ma tête, puis je me lançais. “Bonsoir, bienvenue à cette conférence. Ce soir nous allons parler de….”. Et finalement, une fois lancée, tout allait bien. Etaient-ce les exercices de respiration effectués juste avant, était-ce mon courage ? Je ne saurais le dire. Tout ce que je sais, c’est que les sourires face à moi dans la salle m’encourageaient, et les applaudissements à la fin de ma présentation me donnaient un grand sentiment de fierté. Sans m’en rendre compte, au bout de quelques mois, ma jauge de confiance en moi avait considérablement grimpé. J’étais capable de parler face à une salle, tête haute, mais toujours non sans trac ! De plus, au fil du temps, les personnes présentes à ces soirées étant souvent les mêmes, et nous avons sympathisé. Nous discutions avant et après chaque conférence. Il s’agissait de moments instructifs, humains, bienveillants, et tout cet amour m’a énormément apporté. Jusqu’au jour où ma jauge de confiance en moi est drastiquement redescendue après avoir croisé le chemin de mauvaises personnes… Ce que je pensais avoir acquis, ma vision de moi même et de ce dont je me pensais capable en a été bouleversé. Je ne me croyais plus bonne à rien, pas intelligente, pas “assez”, bonne à rester chez moi. Je pensais, à cause du comportement de ces personnes et de leurs dires, que je n’arriverais à rien de bien dans ma vie, que seul l’échec m’attendait au bout du chemin. C’était une période difficile. On a beau savoir que toutes nos pensées néfastes à notre égard ne sont pas vraies, que bien sûr que si, nous sommes importants, intelligents, que nous avons toutes les possibilités devant nous, il est difficile de faire remonter cette jauge de confiance en soi. Depuis, heureusement, ma jauge est remontée. Elle semble plus ou moins stabilisée mais continue de se mouvoir. Depuis, j’évite de laisser une tierce personne me faire me sentir aussi mal. Grâce à une longue introspection personnelle, je sais qui je suis, je sais ce que je vaux, je connais mes capacités, mes valeurs, mes parts d’ombres aussi, et personne ne peut le savoir mieux que moi. Ainsi, j’essaye de ne plus laisser quiconque baisser ma jauge de confiance en moi. Je m’en charge très bien toute seule (rires!).


Et vous, où en est votre jauge de confiance en ce moment ? N’hésitez pas à nous raconter si votre jauge a déjà été remplie au maximum, ou au minimum, et comment vous avez fait pour en arriver là. Vos témoignages sont précieux. Ne sous-estimez pas le pouvoir des mots. A très vite, j’ai hâte de vous lire.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.