Skip to content

À l’aube de mes 31 ans

L’homme que je suis et celui que je souhaite devenir

Bientôt à l’aube de mes 31 ans, je fais chaque année ce point à l’approche de mon anniversaire. J’ai passé cette nouvelle dizaine l’année dernière et j’ai l’impression que tant de choses ont changé cette année. Je suis entouré d’évolutions, que ce soit ma situation, ma personnalité ou encore celle de mon entourage. Cette année est passée à une vitesse que j’ai l’impression de l’avoir vécue en accélérer. 

Dans un précédent article sur mon passage dans la trentaine, je vous disais que j’avais l’impression d’arriver à un tournant de ma vie. Je n’avais pas spécialement de projet maison, bébé ou autre mais je sentais que certaines choses arrivaient. Eh bien je ne me suis pas trompé… Sur le plan matériel, un grand changement m’a donné un tout nouveau souffle. Mon déménagement dans un plus grand appartement. Fini les 21 m², maintenant j’ai le double ! Et je peux vous assurer que je respire beaucoup mieux. Ce changement brutal de logement m’a causé énormément de stress… En premier lieu, prendre la décision de déménager n’était pas facile. J’ai dû peser le pour et le contre et je n’avais que très peu de temps pour le faire. Étant un grand indécis, je ne vous raconte pas les nœuds au cerveau. Ensuite, même si je n’avais pas beaucoup de choses à déplacer, toute l’organisation et la logistique à faire en une semaine, m’ont bousculé. J’avais l’impression que je n’avais pas le temps de faire le deuil de mon ancien appartement auquel j’étais quand même très attaché. Je me souviens de ma dernière nuit là-bas. J’ai regardé mon appartement rempli de cartons, j’ai visualisé des souvenirs parfois heureux, parfois douloureux, puis je me suis dirigé vers ma porte-fenêtre et j’ai observé pour la dernière fois l’environnement qui l’entourait comme pour lui dire adieu. Ça ne fut pas sans larmes. C’était mon premier appart, il y a vu les débuts de mon indépendance, la  naissance de mes premiers émois et peines de cœur, des moments de rigolades, des crises de panique, la création du blog… J’ai dû lui dire adieu très vite et ce fut assez brutal. Mais d’un côté je partais pour une nouvelle vie, laissant derrière moi certains démons pour me permettre de mieux avancer. Cet événement m’a permis d’effectuer une véritable renaissance, me permettant de repartir presque de zéro. Et depuis je me sens tellement bien dans ce nouvel appartement. Je l’organise comme j’en ai envie, j’y ajoute de la nature, de la lumière douce et de la couleur, j’y construis de nouveaux souvenirs. Un lieu qui me ressemble dans lequel je suis maître de ce que je fais. 

Cette année a été aussi marquée par des moments d’amitiés incroyables. Je suis parti deux fois en voyage, à Santorin et en Croatie, et cela m’a fait beaucoup de bien. Le fait d’être avec mes amis, de découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, tout en partageant des fous rires, c’est une sensation tellement incroyable. J’ai pu couper, un instant mes pensées pour me concentrer sur l’instant présent et recharger mon soleil intérieur à travers ces moments. Et puis nous avons accueilli de nouveaux événements : une naissance, une grossesse, une validation de diplôme… Autant de moments de partage joyeux qui me rendent très heureux. Mes 30 ans ont été aussi marqués par de nouvelles rencontres plus intéressantes les unes que les autres. Des personnes sensibles, avec des histoires différentes, des avis différents. Elles m’ont apporté de nouvelles réflexions, de nouvelles ouvertures d’horizons, des moments inoubliables. Ces rencontres m’ont permis de voir à quel point j’avais aussi énormément évolué, n’ayant plus peur d’évoquer ma grande sensibilité et d’en parler sans aucune gêne. C’est incroyable quand j’y pense… Il y a quelques années, j’étais meurtri, pensant avoir perdu mon soleil, ne sachant plus qui j’étais vraiment, tout en étant en colère après le monde entier. Aujourd’hui, je ne me suis pas encore entièrement accepté mais il y a du progrès. J’aime mon corps (ce n’est pas facile), j’aime mon esprit, j’aime ma sensibilité. C’est bizarre mais j’ai l’impression que cette évolution n’est pas fixée. Je ferais sans doute des erreurs, des pas en arrière, mais j’ai confiance dans le fait que je reviendrai toujours au plus profond de moi. Je crois qu’aujourd’hui je sais davantage quel homme je souhaite être. Je veux être un homme sensible, qui n’a pas peur d’exprimer ses émotions et de pleurer en public. Je veux rester également ce grand enfant qui joue aux jeux vidéo, achète des figurines et autres futilités. Je veux continuer d’être un homme proche de ce qui me fait vibrer : la nature, la musique, le partage, la tolérance. Je veux continuer d’être bienveillant, d’apporter mon sourire et mon énergie pour faire briller d’autres personnes. Je croirais toujours en la gentillesse, j’aurai toujours espoir en l’humanité. Je continuerais de déconstruire la masculinité toxique au travers de mes actions. D’être plus respectueux de la planète. Je n’arriverai sans doute pas à être sur tous les fronts mais j’essaierais à mon échelle. 

Parfois je me pose sur mon balcon, j’observe Isabelle (mon laurier), puis Rosie (mon rosier) et enfin le ciel. Puis je souris, je souris à la vie, me disant qu’elle est belle et magnifique et je la remercie pour tout ce qu’elle m’apporte. Le bon comme le mauvais. J’ai encore du chemin à parcourir… Certains traumatismes et cicatrices ne sont toujours pas refermés, m’empêchant d’avancer dans certains domaines. Mais je me laisse le temps d’y parvenir.  Sur le plan professionnel, je ne me sens pas encore totalement aligné. Concernant Deeply Sensitive, je sens aussi que de nouvelles choses vont arriver et vont évoluer avec nous. Ma personnalité voulant de plus en plus se mettre en mouvement. Tant de belles choses me sont déjà arrivées et je suis véritablement reconnaissant de tout ça. Je continue de pleurer et continuerai. 

Et je tiens vraiment à tous vous remercier. Vous remercier pour tous vos messages, vos partages, votre bienveillance, de continuer à nous suivre sur Deeply Sensitive. J’espère que nous continuerons, avec ma chère Séléné, à toujours vous faire vibrer. Encore merci du fond du cœur. 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 commentaires sur “À l’aube de mes 31 ans”