Aller au contenu

Faire de mon présent, un jour unique

Il y a quelques années j’aurais pensé qu’il suffisait de croire très fort en quelque chose et s’accrocher pour que cela perdure et se réalise. Que c’était la clef de la réussite. Mais à quel prix je voulais cette réussite ? Est-ce que j’étais prêt à abandonner ce que j’avais construit et ce que j’étais pour réussir ? 

J’ai donc appris une chose : quand quelque chose vous fait souffrir dans le présent et que vous n’avez plus la certitude que l’avenir sera certain, c’est qu’il faut se retirer. Stopper au moins un temps pour se recentrer et réfléchir à une nouvelle solution voire une nouvelle voie. Les réponses ne sont souvent pas évidentes. Pour ma part, il fallait que j’abandonne, que j’arrête, que je stoppe, sous peine de me perdre totalement. 

Pendant ma rupture, ça n’a pas été facile, il a fallu que je sois courageux. Ça ne s’est pas fait sans douleur et sans larmes. J’étais déchiré, mutilé, cette image d’un cœur par terre, saignant, agonisant… Je le regardais, me demandant quoi en faire… Puis je l’ai repris et je me suis dit : « vis ». Traverse chaque émotion. Encore aujourd’hui, la blessure est profonde et les souvenirs sont là pour raviver la douleur. Mais d’un autre côté, l’avenir ne me fait plus peur. Et le présent non plus. Car le présent est important. Il est le résultat de plusieurs expériences passées qui font ce que je suis. Je ne remercierais jamais assez le passé de m’avoir rendu un peu plus fort. Mais le présent est aussi quelque chose que je n’aurai plus demain. C’est un jour unique, même s’il ressemble à hier. 

Les miens ressemblaient à des jours de souffrance sans fin. Même si j’étais plein de bonnes volontés. J’en suis aussi sans doute pour quelque chose si j’en suis venu à cette situation. Et puis il y a eu un déclic, celui de vouloir sortir de tout ça. Ne plus avoir peur, être de nouveau celui que j’avais envie d’être. 

Je n’ai pas encore atteint mon objectif totalement aujourd’hui, et peut-être que je ne pourrais jamais l’atteindre. Mais une chose est sûre, chaque jour compte et chaque jour est unique. Le chemin sera sans doute long, mais ce qu’il y a aux alentours de ce chemin à l’air intriguant. Peut-être que je ne prendrais pas la route prévue, peut-être que je reviendrais sur mes pas. Mais je chérirai chaque jour, chaque souvenir douloureux ou non, chaque personne que je rencontrerai ou que j’ai déjà rencontrée. 

Je ne connais pas la conclusion de cet article, mais en faut-il vraiment une ? 

MAJ : J’ai rédigé cet article depuis quelque temps déjà. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un texte post rupture. C’est arrivé durant la construction de notre blog. Je reviendrai globalement sur l’ensemble, mais cette rupture m’a inspiré plusieurs textes. Non seulement sur le fait de perdre quelqu’un mais aussi sur la vie en générale. A travers ces textes, je souhaite montrer le combat qu’il m’a fallu pour me reconstruire. Il y a eu des périodes de doutes, de colères, de joies, de tristesses… Si je les publie aujourd’hui, ce n’est pas parce que je recherche une forme d’approbation ou de compassion, mais pour montrer à certaines personnes qui traversent la même chose que moi qu’il est possible de s’en sortir et qu’il faut garder espoir. Et si vous ne croyez pas en vous, dîtes vous que qui que vous soyez, moi je crois en vous !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *