Skip to content

Sentir & Ressentir, ma définition de la sensibilité élevée

Il y a autant d’hypersensibilités qu’il y a d’hypersensibles. Nous ressentons tous les choses différemment, chaque émotion nous est propre. Pour cela, j’ai choisi de vous faire part de ce qu’est mon hypersensibilité et de vous en donner ma définition.

Sentir : Avoir la sensation, la perception de. Avoir ou prendre conscience de; avoir l’intuition.

Ressentir : Éprouver vivement, sentir l’effet moral de. Être pleinement conscient de.

De manière générale, je dirais que l’hypersensibilité est un arc-en-ciel. Il est question de pluie, de soleil, et les deux créent ensemble quelque chose de magique comme un arc en ciel. Haut en couleur, comme toutes les émotions qui peuvent nous assaillir.

Pour moi, l’hypersensibilité c’est tout ressentir très fort, d’une manière si intense parfois que cela nous déstabilise, qu’on ne comprend pas nos propres réactions ni notre état… Colère, tristesse, joie, plaisir, honte, stress… Tout est ressenti puissance mille. Quand on est assailli par une émotion, on voudrait comprendre ce qu’il se passe dans notre tête mais aussi dans notre corps qui s’agite, à ce moment-là tout est mélangé, toutes les émotions s’entremêlent et on se retrouve dans un état d’incompréhension, et les autres non plus ne comprennent pas forcément ces émotions vives, ce qui n’arrange rien. 

L’hypersensibilité, c’est penser beaucoup, trop penser, tout le temps, sans jamais s’arrêter, même la nuit. Mon cerveau s’arrête rarement de travailler, la journée je pense à mille choses, parfois en même temps, ce qui me pose souvent des soucis lorsque je m’exprime car mes pensées vont plus vite que ma parole. Et il en va de même lorsque j’écris, ce qui me fait oublier des mots. La méditation est devenue au fil du temps très importante pour moi, cela me permet de souffler un petit peu, de m’ancrer dans un instant T et de me ressourcer.

L’hypersensibilité, pour moi, c’est avoir besoin d’isolement. Pour se retrouver avec soi, faire baisser le niveau de toutes les stimulations quotidiennes qui peuvent survenir et qui sont si épuisantes… C’est avoir besoin de beaucoup de sommeil pour récupérer et être en forme. Je me sens par exemple beaucoup mieux en faisant une balade en forêt, au calme, plutôt qu’en faisant une après-midi shopping. Me retrouver au centre commercial me fatigue très vite, je ressens énormément de stimulations, je ressens toutes les énergies qui règnent autour de moi, j’entends tous les bruits du brouhaha… A la fin de la journée, je suis épuisée et je n’ai qu’une envie : rentrer me reposer au calme. 

Je suis doué d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.

Gustave flaubert

L’hypersensibilité, pour moi, c’est beaucoup pleurer. Devant une pub, devant une personne dans la rue qui m’émeut, devant un film même s’il finit bien, devant mon amoureux qui me regarde avec intensité, quand je dis au revoir à ma famille… Je pleure de joie, je pleure de tristesse, je pleure de colère, de frustration, quand je suis fatiguée… Je pleure beaucoup, pas tous les jours, mais trèèèèèèès souvent. C’est mon moyen d’évacuer ce trop plein d’émotions qui s’accumulent. Pleurer me fait beaucoup de bien, je me sens bien plus légère après. Pleurer n’est pas une mauvaise chose, au contraire, cela peut être libérateur.

L’hypersensibilité, pour moi, c’est aussi la sensibilité du corps. Depuis l’enfance, j’ai énormément de problèmes liés aux intestins, de soucis cutanés, une peau très réactive… Tout comme mon esprit, mon corps ressent toutes les émotions qui m’assaillent et il réagit, ce qui me donne parfois un signal que quelque chose ne va pas… C’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert que j’avais des intolérances alimentaires au gluten, au lait et aux œufs (c’est le cas de beaucoup d’hypersensibles !). La difficulté à digérer des aliments qui n’étaient pas bons pour mon corps a causé des réactions émotionnelles et corporelles qui m’ont vite alerté. 

En somme, esprit et corps sont sensibles de la même manière chez moi, les deux sont très liés. Il est donc très important pour moi d’être attentive à toutes les émotions qui me traversent et aux effets que cela peut avoir sur mon corps afin de mieux les appréhender et les évacuer par la suite, avec de la méditation, des pleurs, du sport… Tous les moyens sont bons, sauf de les refouler ! Plus on sait identifier nos émotions, plus il est facile de les assimiler, de les accepter et de les laisser s’en aller.

Et vous, quelle est votre définition de l’hypersensibilité ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.