Skip to content

Notre Galerie Sensible – Salle 1

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas fait d’article en commun. Nous travaillons tous les deux sur nos articles respectifs et chacun traite des sujets qu’il souhaite librement, mais cela nous manquait de faire quelque chose tous les deux. Nous voulions montrer à travers un article en commun la différence de point de vue et combien les personnes hautement sensibles sont différentes. Et pour cela, il n’y a pas mieux que l’observation de la même chose et rapporter ce que chacun ressent. De là est née l’idée de la Galerie Sensible ! Chaque mois, nous observerons une peinture, une sculpture, une photographie, une musique… Et nous rapporterons à tour de rôle ce que nous avons ressenti. Bien entendu, cette galerie vous met aussi à contribution car nous aimerions beaucoup avoir vos retours ! 

Nous déclarons la Galerie Sensible ouverte ! Pour l’inauguration, nous entrons dans une pièce ou se situe un tableau, Les roses d’Héliogabale de Lawrence Alma Tadema. Observez bien ce tableau, prenez votre temps et dites nous ce qu’il vous évoque, quelles émotions en découlent ? 

Sir Lawrence Alma Tadema, Les roses d’Héliogabale, 1888, huile sur toile, H. 132,1 cm ; L. 213,9 cm, collection particulière. ©Wikimédia

Les ressentis de David 

Wahou, quel magnifique tableau ! La première chose qui me vient à l’esprit c’est de la stupéfaction ! Le travail juste incroyable de cet artiste, le détail des fleurs, des visages, des textures… Les heures de travail que cela a dû demander. Mais qu’est ce qui l’a inspiré ? Comment il a réussi à mettre sur toile cette idée dans sa tête ? C’est incroyable ! Ce tableau me fait penser énormément au printemps et à ce sentiment que nous avons quand celui-ci arrive. Une sentiment d’exaltation dans la nature est pleine de couleur et de vie, que les fleurs sont de retours et que les beaux sont la également. 

(Détail).

J’adore les roses, j’imagine tout de suite leur odeur, et je dois vous avouer que ce tableau me donne envie de me rouler dans des pétales de roses, tout en ayant un peu peur des allergies. Mais c’est comme si le mouvement des fleurs était là pour nous montrer l’odeur qui enrobe les protagonistes de ce tableau et nous par la même occasion. D’ailleurs j’ai l’impression que les fleurs partent de cette femme qui semble-t-il joue de la flûte. Je ne sais pas du tout si je fermerais les yeux, allongé, pour me concentrer sur la musique. Ou si je les garderais ouverts pour observer les fleurs. Après réflexion je les fermerais sans doute, pour analyser tout ce que je ressens à cet instant et sentir venir ce sentiment de plénitude. 

Enfin le fait que plusieurs personnes soient présentes dans le tableau me fait penser à la convivialité que nous pouvons partager avec nos amis. L’expression des visages de certains personnages me laisse dubitatif, je ne sais pas trop quoi en penser. Comme par exemple, la personne au premier plan qui semble nous regarder. 

Pour résumer, ce tableau m’évoque la célébration du printemps, la plénitude des beaux jours, du parfum exquis des fleurs et d’un bon repas entre amis. Néanmoins le regard de la femme à droite est particulier et m’interroge sur la signification du tableau.

Les ressentis de Séléné 

C’est un exercice difficile pour moi de vous parler d’une oeuvre d’art sans l’analyser (déformations de mes études en histoire de l’art….) et de me concentrer sur mes ressentis, mais promis, je vais essayer. 

Cette peinture est l’une de mes préférées. Je la trouve absolument splendide. Elle dégage un sentiment très particulier. De prime abord, on ne sait pas bien ce qu’il se passe, on ne comprend pas ce que font tous ces personnages parmi l’abondance de pétales de roses… On a l’impression de sentir la brise et de percevoir tous les parfums de ces fleurs qui ensevelissent la toile. 

Lorsque je regarde cette peinture, j’ai un sentiment d’euphorie qui surgit, un goût de fête. Je suis comme hypnotisée par la multitude de pétales qui volent. Je m’interroge presque immédiatement : pourquoi y a t-il des personnes qui semblent nager dans les pétales tandis que d’autres les regardent en s’amusant ? Quelque chose cloche, et cela me dérange. Serait-ce le regard de cette femme, à droite, qui nous penêtre et semble vouloir nous dévoiler un message ? 

Ce tableau, je l’aime tellement qu’il est resté mon fond d’écran d’ordinateur pendant plusieurs années. Je ne me lasse pas de le contempler. Un nouveau détail semble apparaître à chaque fois. Cette oeuvre me fait du bien. Par ses contrastes de couleurs, de rose et de bleu, elle me fait ressentir de la joie. Par sa lumière naturelle ensoleillée, elle me transporte dans un lieux où j’aimerais presque aller en vacances. Par son côté très olfactif, avec les fleurs, et son côté musical grâce au mouvement des pétales dansant sur les airs musicaux joués par la figure à l’arrière-plan. Voyez-vous les pétales se déplacer vous aussi ? Enfin, par son décor méditérannéen et antique, elle représente tout l’univers que j’aime.

(Détail). L’empereur Héliogabale.

Les roses d’Heliogabale est une oeuvre très intéressante qui m’a toujours intriguée : quelle histoire se cache derrière toute cette beauté apparente…? En réalité, pour vous en dire deux mots, Héliogabale était un empereur romain un peu fou et assez cruel. Mort très jeune, vers 18 ou 20 ans, ses nombreux vices l’ont mené à sa chute. Il fut même condamné à la damnatio memoriae, c’est à dire que toute trace de lui fut effacée des registres historiques, ainsi que ses représentations. Vous vous demandez sûrement pourquoi ..? Pour ne donner qu’un exemple, regardez bien cette toile. Il s’agit en effet d’une fête ; une fête donnée par l’empereur Héliogabale lui-même, qu’on aperçoit parmi les figures à l’arrière-plan. La légende raconte qu’Héliogabale faisait venir beaucoup de monde à ses fêtes, et qu’une fois toutes les personnes rassemblées, il faisait projeter des milliers et des milliers de pétales afin de recouvrir la pièce ainsi que toutes les personnes présentes dans le but que celles-ci suffoquent… Sympa cette fête… !

Ce que j’aime par-dessus tout dans cette peinture et ce qui me fascine, c’est que toute la beauté qui s’en dégage n’est que factice, car elle cache en réalité un acte terriblement cruel. Ce paradoxe, sans connaître l’histoire, est perceptible. Ressentez-vous cette atmosphère ? 


N’hésitez surtout pas à vous exprimer sur vos ressentis concernant cette peinture, cela nous fera très plaisir de pouvoir échanger avec vous ! A très vite, 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.