Skip to content

Notre Galerie Sensible – Salle 7

Chaque mois, nous observerons une peinture, une sculpture, une photographie, une musique… Et nous rapporterons à tour de rôle ce que nous avons ressenti. Bien entendu, cette galerie vous met aussi à contribution car nous aimerions beaucoup avoir vos retours ! 


Ce mois-ci, nous vous présentons un tableau de l’artiste plasticien Raphaël Federici. Pour en savoir plus à son sujet, vous pouvez consulter son site juste ICI.

Raphaël Federici, Sans titre. ©Raphaelfederici.com

David

Cette peinture m’évoque un sentiment particulier… Je suis plutôt partagé quand je la vois. Son fond très sombre, les contours très durs et les visages sans expressions donnent un côté un peu flippant je trouve; Et puis il y a le contraste de couleurs qui viennent apporter une touche de gaieté. D’ailleurs certains coups de pinceau donnent l’impression qu’on a étalé du maquillage à la main. Il y a aussi cette fleur qui semble être une rose et qui se fane. Les cheveux ébouriffés de la personne et cette fleur qui se fane me donne l’impression que le personnage a une sorte de choc émotionnel et que les couleurs viennent cacher en quelque sorte la dureté du visage qui en découle. Nous ne connaissons pas le genre de la personne et c’est pas plus mal, comme cela tout le monde peut s’identifier. Je ne saurais que dire de cette peinture qui me met quelque peu mal à l’aise. Je pense que si je l’avais vu dans une galerie, j’aurai remarqué les couleurs en premier et le reste qui se dégage autour. Et puis je serais passer rapidement à une autre œuvre tant je trouve ce tableau bouleversant

Séléné

Je vois le silence, mais j’entends les pensées et la vie intérieure de cette femme qui s’agitent. Je vois sa force, son authenticité et toute sa vulnérabilité. Cette peinture me touche énormément. J’ai l’impression que tant d’émotions la traversent, représentées par ces couleurs qui viennent lui camoufler les sens. On ne sait pas ce qu’elle regarde, on ne sait pas si elle voudrait parler… Il y a quelque chose de boulversant dans la manière dont cette femme nous est montrée. On dirait presque qu’elle représente un souvenir. Souvent, après le décès d’une personne, la première chose que l’on oublie est la voix. Peut-être ici sa voix a-t-elle disparue ? Ou bien peut-être est-ce une femme qui ne fait pas entendre sa voix ? Qui n’ose pas être pleinement elle-même ? Pendant qu’elle se mue dans son silence, la rose dans ses cheveux commence à se faner, seul élément de cette oeuvre qui nous offre une temporalité. 

Quelque chose me dit que cette femme représente l’espoir qu’après la pluie, vient le beau temps. Quelque chose me dit que c’est dans l’obscurité la plus profonde que naît la lumière, les couleurs et l’acceptation… Quelque chose me dit que toutes ces émotions intérieures vont bientôt sortir pour qu’enfin, cette femme soit libre

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.