Skip to content

Au cœur de l’Hiver

L’hiver, cette saison que je redoute tant est enfin là… Plus de Winter is coming… Il est bien là et oh my god “ Baby it’s cold outside “. Heureusement que les fêtes viennent en quelque sorte nous réchauffer le cœur à défaut de réchauffer nos corps pétris par le vent qui vient du Nord. Comme chaque saison, l’hiver m’évoque de jolis morceaux chaleureux, scintillants comme une petite cloche et lumineux comme le soleil. Et pour vous les faire découvrir, j’ai imaginé un chemin, un paysage, qui accompagnera chaque morceau que je mettrai en début de paragraphe. Alors sortez vos moufles, vos bonnets, après ski et casque audio, nous partons dans un voyage au cœur de l’hiver. 


Le soleil vient de se lever, c’est dans un lit douillet que je me trouve. Une chaleur confortable émane de tout l’habitat. En me redressant je peux apercevoir la grande baie vitrée qui, dès le réveil m’offre un spectacle éblouissant. Voulant le voir de plus près, je me lève et me dirige tout droit vers la fenêtre pour voir le paysage de neige étincelant. Je ne peux m’empêcher de frissonner en voyant ce manteau blanc qui a recouvert toute la nature avoisinante. Les arbres, les dunes et les montagnes, portent difficilement cette neige qui semble douce, froide et chaleureuse à la fois. Je ne peux m’empêcher de sourire face à cette beauté de la nature. Je décide de descendre les escaliers en bois de mon chalet où j’ai décidé de séjourner pour l’hiver. En descendant, j’en profite pour observer la bâtisse, son bois travaillé, doux et lisse qui me protège des températures glaciales de l’hiver. La décoration montagnarde me rend extrêmement joyeux et me sécurise comme un film protecteur. Mais la neige dehors a fini par m’hypnotiser et je n’ai qu’une envie, aller à sa rencontre pour me sentir revivre. J’enfile donc mon gros pull, mes moufles, mon bonnet, mon écharpe, mes bottes et mon grand manteau puis je me rends vers la porte d’entrée, prêt pour mon périple dans la neige. 


En ouvrant la porte, je suis saisi par le froid et je ne peux m’empêcher de grelotter en pensant à traverser la neige. Mais le tableau neigeux est tellement magnifique que je ne peux m’empêcher d’y sauter. De magnifiques flocons plutôt épais ne cessent de tomber du ciel. La pluie gelée marque son territoire et semble vouloir me recouvrir de son manteau blanc, comme elle l’a fait pour la nature. Malgré les nombreux animaux en hibernation, certains oiseaux semblent encore vivaces et fredonnent une mélodie entêtante, au combien douce pour mes oreilles. Malgré quelques mouvements, dus aux chutes de neige sur les branches, le chants des oiseaux et le léger vent, le temps est arrêté. Si je me concentre et enlève tous les bruits qui résident, l’univers est bien calme et paisible. Je décide de ne pas aller très loin, juste autour du chalet. J’observe celui ci, nappé de blanc. Ce contraste entre le glaçage de la neige et le bois est absolument magnifique et ajoute du charme au paysage. En levant les yeux au ciel, mon visage à découvert, je pense sentir les flocons plutôt durs tomber sur mon visage. Quelle drôle de sensation, plutôt désagréable mais pourtant si beau à regarder. Tout ceci me met en joie. Pour je ne sais quelle raison, je me sens bien, apaisé… Et dans un élan de bonheur intense, je décide de m’en lancer dans la fabrication d’un bonhomme de neige. Même si la peur de me geler est bien présente, je n’hésite pas à aller chercher quelques branches, pommes de pain et ma carotte que j’ai mise dans ma poche un peu plus tôt. Comme un gardien, je décide de le faire devant le chalet, et me lance avec excitation. 


Mon bonhomme de neige sur pied, je peux m’empêcher d’être un peu triste. Malgré son sourire, je sais qu’il ne restera pas éternellement envie, et qu’au première lueur du soleil, il fondera et disparaîtra… Laissant dernière lui, ses bras, ses boutons et son nez sur le sol comme seul souvenir de sa vie éphémère dans ce monde. Je regrette alors de l’avoir fait, décidant tout de même de lui donner une chance. Sur ce choix je décide de rentrer, laissant une goutte perlée sur mes joues. 


En rentrant, d’une humeur plutôt maussade, je décide de retirer mes vêtements froids et trempés, avant de me diriger dans la cuisine pour me préparer une boisson chaude dans ma tasse de Noël préférée. Noël… cette fête emplie de partage et d’amour… Avant de me lancer dans la préparation de ma boisson, je regarde par la fenêtre pour méditer. J’ai la chance de partager Noël avec les gens que j’aime mais quand est-il des autres ? Certains sont seuls pour Noël. Et je ne peux m’empêcher d’être triste pour eux. J’aimerais tellement leur apporter un peu de chaleur et de lumière dans leur cœur. Alors je me dis que rien que de penser à tous ces gens le soir de Noël, peut être que cela leur enverra de bonnes ondes. Et dans ma tête je me répète : “Vous n’êtes pas seul, quelqu’un pense à vous, je vous envois mon soleil et j’espère qu’il vous réchauffera le coeur pendant cet hiver;”


Pour me réconforter, je m’attèle à faire ma boisson chaude, le cappuccino, que je décide de boire assis dans un canapé confortable près du feu de cheminée. La chaleur m’enveloppe  et se propage de mes orteils jusqu’au haut de ma tête. En fermant les yeux, je me repasse les émotions intenses de ces derniers moments. L’hiver, le froid, cette neige et une certaine nostalgie. Puis finalement d’autres images me viennent. Celle d’un printemps que j’attends avec impatience. Et finalement, c’est une image d’une montagne aux prémices des beaux jours qui apparaît. Me laissant entrevoir ce paysage verdoyant qui me manque temps et avec lequel je vais m’endormir et rêver. 

Et vous alors, que vous évoque l’hiver ? 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.