Skip to content

Accepter ma sensibilité

On a tendance à différencier les hypersensibles et les utrasensibles. Les hypersensibles seraient des personnes qui ont du mal à vivre leur sensibilité et la verraient de manière négative. Alors que les ultrasensibles auraient accepté cette haute sensibilité, arriveraient à l’exprimer et à vivre leurs émotions. Défini grossièrement, parce qu’en vérité c’est plus complexe que ça ! (Vous pouvez consulter cet article pour mieux comprendre la différence entre les termes de la haute sensibilité.)

Sur cette base je me suis donc dit, pourquoi pas vous expliquer comment j’ai réussi à accepter ma sensibilité. Ça pourrait vous intéresser (ou pas d’ailleurs). En tant qu’homme, il est parfois difficile d’assumer le fait qu’on soit sensible. Bon, faut dire que jusqu’à ma majorité et même après, on s’est beaucoup moqué de ça donc cela n’a pas beaucoup aidé non plus. J’avais tendance à me comparer aux autres garçons, renier le fait que j’étais profondément touché par certaines choses (des nuits interminables à me dire, “arrête de penser”, “soit comme ça”), à jouer un rôle finalement. Je me sentais toujours différent, trop loin du commun… Je suis passé par des étapes de gros doutes, à me demander ce qui n’allait pas chez moi, à pleurer, passer par des phases de déprime intense… J’avais véritablement cette impression de n’avoir une place nul part… Et encore la je vous fais condenser.

Alors j’ai commencé à faire des recherches, sur internet, sur la dépression, le fait de se poser beaucoup de questions, sur la sensibilité… Car c’était la reproche qu’on me faisait souvent :  » David tu es trop sensible  » ; « Lâche l’affaire ! Passe à autre chose ! « . Il fallait que je sache si d’autres personnes comme moi étaient aussi sensible et qu’elles étaient leurs conseils… Et c’est la que j’ai découvert l’hypersensibilité.

Entre mes 27 et 28 ans, j’ai enfin pu mettre un mot sur quelque chose. Même si ce n’est pas ce qui me définit entièrement (car j’estime aussi avoir mon propre caractère), c’était déjà une réponse à des questions que je me posais depuis des années. Après ce long processus d’acceptation, parce que oui ça ne vient pas comme ça, j’ai compris qu’il fallait que je sois ce que j’ai envie d’être et pas ce que l’on me dicte, ni pour ressembler à quelqu’un. De toute manière je ne pouvais pas faire autrement si je souhaitais aller mieux. Car au bout d’un moment, se battre sans arrêt avec soi-même c’est clairement fatiguant. Je n’aurais pas pu continuer comme ça indéfiniment. Puis en grandissant (plutôt vieillissant) et en m’entourant des bonnes personnes, celles qui m’acceptent comme je suis, j’ai fini par accepter la manière dont je ressens les choses et comment je fonctionne. Même si bon, parfois quand même, j’ai du mal à l’assumer, surtout dans des groupes dans lesquels je ne suis pas à l’aise…

Aujourd’hui, je ressens enfin pleinement et sans me mettre de barrières. Chacune de mes émotions, joyeuses ou non, je les vis. J’essaye d’utiliser ma sensibilité dans des choses qui me font plaisir. La création, l’écriture (oui vous écrire me fait beaucoup de bien), aider les personnes quand je le peux et surtout, même si ça n’est pas facile, j’essaye de laisser mes émotions s’exprimer. Elle est là l’acceptation de soi, elle se situe au moment où vous ne vous cachez plus à vous-même. Au moment où vous vous connaissez vous-même et vous aimez ce que vous êtes. Alors attention, ici je ne parle pas d’amour de soi vaniteux, narcissique, mais bien d’amour propre « équilibré ». Aujourd’hui je me sens libéré (délivrééééé, ok j’arrête). Bien sûr certaines pensées sont toujours là et me hantent toujours. Mais je me dis qu’elles sont ici pour une raison, pour ne pas me faire oublier qui je suis. Un garçon avec une grande sensibilité, remplie d’amour et d’émotions fortes, qui ne souhaite qu’une chose : les partager. Certaines personnes n’accepteront peut être pas cette sensibilité et y verront une faiblesse, mais tant que moi je l’ai acceptée, ça ira.

En conclusion, il n’y a pas de secret pour accepter sa sensibilité, chacun trouvera son propre chemin. Le conseil que je peux vous donner c’est qu’il ne faut pas se cacher. Entourez vous des bonnes personnes, celles qui n’essayent pas de vous changer et qui vous acceptent tel que vous êtes. Vous verrez qu’à partir de la, l’acceptation viendra naturellement, AVEC LE TEMPS. Car oui, c’est très important, se laisser du temps !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commentaire sur “Accepter ma sensibilité”