Skip to content

Les fêtes de Noël, deux visions, deux ressentis

Hello ! Nous sommes ravis de vous retrouver pour un nouvel article où tous les deux nous exprimons sur le même sujet… Période oblige, nous avons choisi de vous parler de Noël et des émotions que cette fête peut procurer… Tantôt angoisse, stress et fatigue pour l’un, tantôt amour et effusion de joie pour l’autre… Nous vous laissons découvrir nos témoignages, tous les deux très différents. Belle lecture, David & Séléné.


Les ressentis de David

La saison des fêtes a été lancée et comme chaque année les commerçants et Mariah Carey vont faire le meilleur chiffre de l’année. Si Noël est à la base une fête religieuse, nous sommes bien d’accord qu’aujourd’hui le commercial a bien pris le dessus, même si elle permet à de nombreux commerçants de survivre. Bien loin de l’euphorie des fêtes, c’est une période un peu compliquée où je ressens une grande fatigue et où je me sens plus à fleur de peau que jamais.

J’ouvre généralement la période avec l’installation de mes guirlandes et de mon sapin. Quand j’ai déménagé de chez mes parents, je suis resté un certain moment sans sapin de Noël mais juste avec quelques décorations pour me réchauffer le cœur. Cela fait un an que j’ai investi dans un sapin et que je m’y applique pour ramener cette âme d’enfant. Mais là quelque chose coince. Même si je suis extrêmement emballé à l’idée de décorer mon arbre, je ne suis jamais totalement satisfait une fois fini… Je ne sais pas pourquoi mais mon arbre doit avoir les bonnes couleurs, et surtout un équilibre parfait (bonjour Mr le perfectionniste)… Si bien que mon sapin de Noël m’a pris cette année pas moins d’une heure de réalisation, alors qu’il fait seulement 150 cm… Pour finalement me dire qu’il est pas parfait et être un peu déçu. Néanmoins le décorer me permet de retomber en enfance quelques instants et surtout de pouvoir mettre mes jolies musiques hivernales. Pas les classiques bien évidemment, mais celles de mes jeux vidéo favoris.

Mais je pense que ce qui est le plus fatigant pour moi c’est toute cette effervescence. J’ai cette impression que le mois de décembre est une énorme course dont je dois faire partie. Autant j’aime partager des moments avec ma famille et leur faire des cadeaux, mais toute cette bousculade dans les rues me terrorise. Je crois que ce sont définitivement les gens qui me font peur. Les magasins bondés, la cohue, si bien que durant cette période je n’ai qu’une c’est de rester enfermé chez moi. Et puis cette année le temps n’est pas très clément et j’ai comme l’impression d’avoir fait un bond direct en hiver. Les jours se raccourcissent, le froid est définitivement là. Malgré tout, comme je le disais dans un précédent article, je tente de prendre soin de mon soleil intérieur et de modérer mes sorties. Finalement, la période de Noël est comme un énorme bruit auquel je ne peux échapper. Et puis le temps passe à une vitesse… Si enfant je ne m’en rendais pas forcément compte, aujourd’hui je vois le temps défiler très vite, et c’est plutôt impressionnant voire terrifiant. 

Noël c’est aussi l’occasion de faire un énorme repas avec les membres de la famille. Depuis quelques années, nous fêtons Noël en petit comité. Et heureusement parce que je crois que j’aurai encore plus de mal. J’adore ma famille et j’aime énormément les retrouver. Néanmoins, comme je le disais dans un article consacré à la famille quand on est hautement sensible, les réunions de famille me fatiguent énormément. Il y a beaucoup d’émotions et beaucoup de bruits. Vu que je vis tout seul, je n’ai plus vraiment l’habitude des réunions de famille en grande pompe. Alors je prends mon mal en patience, j’essaye de discuter avec tout le monde et quand je peux, je m’éclipse un petit instant pour reprendre un peu mon souffle. Finalement je crois que les meilleurs Noël ceux sont quand je suis avec ma famille proche (ma mère, mon frère, ma sœur et mon beau-père). Une année nous avions fait un Noël simple, éclairé à la bougie. Ce fameux Noël mon petit frère avait joué avec les bougies et a sali la nappe de ma maman. Sur le coup elle n’était pas très contente mais aujourd’hui, quand on l’évoque, cela nous fait bien rire. Je crois que c’est le plus beau souvenir que j’ai de Noël, d’une simplicité sans pareil.

Noël est une période compliquée pour certaines personnes hautement sensibles. Je n’ai pas vraiment de conseils à vous donner pour la passer. Seulement profiter du temps présent et malgré tout de votre famille. De vous écouter aussi. Si nous repensons aux véritables valeurs des fêtes, c’est le partage d’un moment convivial et chaleureux plus que l’aspect commercial qui est censé primer. Alors je fais de mon mieux, en prenant soin des miens et en me disant que même si ce n’est pas mon moment préféré de l’année, j’ai la chance de le passer avec des personnes que j’aime. 


Les ressentis de Séléné

Magiiiiiic Momeeeeents” la la la… Pour moi, Noël, c’est un peu magique. Loin d’être croyante ni même naïve sur tout l’engouement commercial que ces fêtes engendrent, je crois que je m’en fiche un peu. Je ne vois pas les choses sous cet angle. Quand j’étais petite, je vivais seule avec ma maman. Elle travaillait beaucoup, j’étais souvent chez ma grand-mère.. Mais quand venait noël, c’était l’occasion de se retrouver toutes les deux. Décorer la maison, les vitres, le sapin, nos chambres et la porte d’entrée était un vrai bonheur (et même encore aujourd’hui ! J’ai beau avoir quitté la maison il y plusieurs années, je reviens chaque année pendant un week-end début décembre pour décorer avec elle… Chez nous, on tient aux traditions !). Pendant ces longues heures de décoration, une seule playlist : celle de Noël ! Certains diront que c’est très kitch, mais ces chants et les musiques de noël, de Wham à Ella Fitzgerald, font partis du folklore et me rappellent tous ces moments joyeux et heureux passés avec ma mère.

Noël, c’était (et c’est) aussi l’occasion d’être réunis tous ensemble avec ma famille, bien qu’en petit comité. Que de beaux moments chaleureux… Chez nous, nous fêtons ça le 25 pour le déjeuner, et avant le repas, on passe chez les uns et les autres pour y trouver nos cadeaux sous le sapin… Ce petit tour du père et de la mère noël sont des moments hyper sympas, bien qu’un peu stressants pour celui ou celle qui organise le repas car même en déballant ses cadeaux, il faut penser à la cuisson du repas et l’heure qu’il est pour rentrer vite ! Quand on voit peu sa famille dans l’année, c’est un vrai bonheur de se retrouver pour cette occasion spéciale, de faire de jolies photos, se créer des souvenirs… Comme nous sommes peu nombreux, nous avons la chance de s’entendre tous bien les uns avec les autres (même s’il y a dans chaque famille quelques histoires, à Noël, c’est différent!), alors pas de masque à porter ni de faux semblants pendant cette journée. Après tout, c’est ça la famille.

Je crois que si j’ai gardé mon amour pour Noël malgré tous les aléas de la vie qui auraient pu m’en dégoûter, c’est car je suis une grande optimiste et idéaliste… Un de mes rêves les plus profonds (que j’entretiens depuis aussi longtemps que je m’en souvienne) est de louer un jour une grande maison, d’y inviter tous les gens que j’aime pour y passer les fêtes… Est-ce que je regarde trop de films “cul-cul” de noël (on les appelle comme ça chez nous!) ? C’est possible ! Néanmoins, cette fête rime pour moi avec convivialité, partage, sourires, délices, famille, amis, Amour avec un grand A,… Quand j’y repense, j’ai souvent fêté noël avec mes amis. Puisque nous fêtons ça le 25 chez nous, le 24 nous faisions en général un repas toutes les deux avec ma mère. Quelques années, ma meilleure amie (qui habitait la rue d’à côté pour mon plus grand bonheur!!!), et parfois sa maman, nous rejoignaient car elles aussi faisaient ça le lendemain dans leur famille. D’autres fois, nous étions invités à la dernière minute par des amis de la famille qui nous disaient de passer pour dîner (chez eux, c’était un grand repas le 24, et ouverture des cadeaux à minuit, puis repos le 25 – ce qui est une bonne idée pour ceux et celles qui ont besoin de se reposer un lendemain de fête ou qui travaillent). Bref, j’ai presque toujours passé de très belles fêtes de noël, où que je sois. Je me rends d’ailleurs compte que j’ai beaucoup de chance. J’en éprouve une forte gratitude. 

Si j’aime autant noël, si je suis très honnête, je crois que c’est car il s’agit des rares moments de l’année où l’ambiance à ce petit quelque chose de différent d’une part, et d’autre part car c’est le jour où je suis entourée de ceux que j’aime, où personne n’a plus d’attention qu’une autre, où nous sommes tous à égalité (je ne parle pas ici des cadeaux ou des budgets qui y sont consacrés mais de l’aspect humain). Dans ma vie, j’ai très souvent été seule et isolée et je me suis souvent sentie sans importance aux yeux des autres. A Noël, je n’ai pas vraiment ce sentiment de solitude. A Noël, je fais partie d’un tout. Et ça me rend la plus heureuse. Du coup, chaque bougie à la cannelle, chaque guirlande, chaque chocolat et autres gourmandises de noël me font sourire. J’aime qu’il neige à noël pour jouer dedans, j’aime écouter de la musique et danser en famille, j’aime que chacun.e se passe les plats pour se remplir le ventre de bonnes choses qu’on ne cuisine que ce jour-là, j’aime la décoration de la table, j’aime voir les yeux de mes proches quand ils ouvrent leurs cadeaux, j’aime les entendre dire “noyeux joël” même si c’est nul, j’aime guetter l’horloge avant qu’ils arrivent, j’aime me faire belle pour l’occasion…. Mais je n’aime pas leur dire au revoir à la fin de cette journée bien remplie. Tout me semble si vide après.

Il est étonnant de voir à quel point les avis divergent sur les fêtes de noël. Fatigue accentuée, besoin de se retrouver seul.e après, pas envie de voir untel ou untel, repas trop copieux, angoisse des présents à mettre sous le sapin, solitude à noël… Je comprends tout ceci. Je comprends que celleux qui ont perdu un être cher déteste noël car cette personne n’est plus là, je comprends celleux qui n’aiment cette fête car ils sont seuls, je comprends celleux qui ont peur de prendre du poids et de ne pas le reperdre, je comprends celleux qui ont peu d’argent et qui angoissent de pas pouvoir gâter celles et ceux qu’ils aiment, je comprends celleux qui sont séparés en raison du covid… Je comprends vraiment (coucou empathie et compassion!)… Et je compatis sincèrement. Je sais bien que pour certaines personnes cette période n’est pas évidente. C’est terrible de faire cette conclusion, mais cela me permet de me rendre d’autant plus compte de la chance que j’ai. Je crois aussi, que malgré les aléas de la vie, j’ai beaucoup de recul et de légèreté dans ma vision des choses, ce qui me permet de voir noël d’un oeil encore magique. J’espère ne pas perdre mon regard actuel, d’enfant peut-être, sur cette période, qui reste à mon sens très jolie et unique.

Peut-être adorez vous noël, peut-être êtes vous plus réservés…Mais nous pensons que toutes les expériences et tous les avis sont précieux et méritent d’être partagés, alors n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, ici ou sur Instagram… A très vite,

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.