Aller au contenu

Journey : ma sensibilité a connu une aventure poétique

Et oui je suis un petit geek dans l’âme. Bien loin des jeux ultra stimulants qui peuvent stresser par leur histoire ou par leurs difficultés de gameplay, il existe des jeux simples, poétiques qui ressourcent vraiment. C’est donc dans cette optique que j’ai décidé de vous rédiger quelques articles, sur des petites trouvailles vidéos ludiques, qui, si vous aimez les jeux, vous aideront à vous évader. 

Je commence donc par l’un de mes jeux vidéo favoris (si ce n’est pas le premier de ma liste) : le somptueux Journey. Édité par That Game Company, conceptualisé par Jenova Chen, sorti la première fois en 2012 sur PS3 puis réédité sur PS4, ce jeu est pour moi un véritable chef d’œuvre visuel mais aussi auditif. Vous pouvez d’ailleurs le retrouver en version PC ou sur l’Apple Store. 

Vous commencez votre périple au beau milieu du désert avec pour but d’atteindre une mystérieuse montagne. Le gameplay est plutôt simple : avancer, voler, et émettre de petits sons. Sans parole, le jeu détient une bande son tout en grâce et en finesse composée par Austin Wintory. 

Les graphismes de Journey sont très reposants ! Ils sont composés de vastes étendues, souvent dans des couleurs chaudes, avec des courbes rendant le tout doux, fluide et chaleureux. C’est un vrai plaisir de parcourir chaque séquence et de découvrir ces paysages énigmatiques. J’ai une motion toute particulière pour la séquence avec la glissade dans le sable baigné d’une lueur dorée. C’est comme regarder le sable tomber à l’intérieur d’un sablier. Le manque de parole (manque est un bien grand mot) rend l’histoire encore plus énigmatique. Chacun y trouvera sa propre interprétation. Chaque tableau donne une émotion particulière. Le début mélange excitation et côté mystérieux, en passant par le calme des profondeurs marines, puis la spiritualité à travers un temple ou encore la désolation en traversant la séquence neigeuse. Enfin le jeu se termine avec un final grandiose, qui a pour titre Apotheosis.

Enfin, la musique y joue un rôle prépondérant. Pour moi c’est une véritable envolée. Si comme moi vous êtes sensible à la musique instrumentale, vous y trouverez votre compte. Du violoncelle, des bois, qui donnent vraiment une impression de légèreté et qui réchauffent vraisemblablement le cœur. Il m’arrive parfois, après une grosse journée de travail, d’écouter la BO dans la voiture ou tout simplement chez moi en fermant les yeux pour méditer. Vous l’aurez donc compris, je suis complètement amoureux de ce jeu vidéo. Il me fait réfléchir, il m’apaise et ce côté poétique et mystérieux m’emporte totalement. 

Le jeu n’est pas très long, et vous pourrez par ailleurs, si vous jouez avec internet, être rejoint par un compagnon de route lors de votre périple. N’étant pas très fan des jeux à plusieurs, parfois je partage mon aventure et parfois je mets le jeu en pause pour que le joueur comprenne que je ne suis pas disponible. 

Attention spoiler : Pour moi Journey, représente un temps cyclique. Le joueur débute son voyage dans le désert, vit ses expériences avant d’atteindre le sommet de la montage signe de sa mort. Mais il redescendra pour se réincarner dans un autre joueur prêt à faire le même voyage. Au fur et à mesure de l’histoire, on apprend que la population a développé une énergie, puis des machines et qu’enfin ils ceux sont battus entre eux pour savoir qui dominerait cette énergie. Malheureusement leurs propres machines de guerre ont fini par prendre le contrôle et les décimer. Ne serait-ce pas un message qu’essaye de délivrer le créateur du jeu, Jenova Chen ?

Mon ressenti par rapport à Journey est particulier. Quand j’en parle ou quand j’y pense, je sens vraiment une grande vague d’émotions qui me traversent. Habitué des jeux vidéo et de ressentir des choses à travers eux, celui-ci m’a vraiment mis une claque. Grâce à lui j’ai découvert un nouveau genre de jeux vidéo qui me permet grandement d’exprimer ma sensibilité ou tout du moins la laisser être transportée. En laissant le jeu sans parole, je trouve que le message est encore plus fort ! Il faut chercher soit même l’explication, et c’est totalement ce que j’aime. Le fait de devoir l’analyser pour comprendre son message le rend pour moi, extrêmement profond.

Je vous invite vraiment à découvrir Journey, ou même à écouter sa bande son. Et pour aller plus loin, That Game Company a développé d’autres jeux tout aussi reposants : Flow (que j’ai moins bien aimé) et Flower (vous incarnez une pétale qui doit reverdir de grands espaces). Vous trouverez ces deux jeux vendus dans un pack avec Journey. Enfin, pour ceux qui détiennent IOS et Android, Sky Children of light est disponible sur mobile et se joue de la même manière que Journey. J’attends avec impatience sa sortie sur Switch en 2021 pour pouvoir en profiter sur grand écran. Et voilà pour ce premier article jeux vidéo ! Prochain focus sur un jeu reposant et émouvant : RIME !

Et pour terminer la musique de mon passage préféré :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *