Aller au contenu

Notre Galerie Sensible – salle 3

Au mois de juin dernier, nous avons inauguré ce que nous appelons notre « Galerie Sensible ». Jusqu’ici nous avons publié deux oeuvres : le portrait de Charles Baudelaire par Gustave Courbet et Les roses d’Héliogabale de Lawrence Alma Tadema. Aujourd’hui, nous vous proposons d’écouter un morceau orchestral intitulé London 3 provenant de la série de jeux vidéo Professeur Layton. Cette Galerie Sensible est pour nous l’occasion de mettre face à face nos ressentis, aussi différents soient-ils malgré la sensibilité qui nous unie. Afin de montrer toute notre singularité et la vôtre, n’hésitez pas, vous aussi, à partager ce que vous évoque ce morceau dans les commentaires.


Les ressentis de David

A la première écoute de ce morceau je suis devenu tout de suite amoureux… Découverte dans la Bande Original de Professeur Layton et la Boîte de Pandore, puis véritablement présente en background et en version live dans Professeur Layton et le Destin perdu ; elle fait pour moi partie des plus belles chansons que le jeu vidéo est fait. C’est Tomohito Nishiura qui compose toutes les musiques de la licence Professeur Layton, donnant aux jeux toutes les couleurs émotionnelles dont il a besoin. 

J’adore ce titre parce que je le trouve extrêmement mystérieux. Sa version live est magnifique et me transporte à chaque fois tout en faisant perler des gouttes sur mes joue. Elle est tout en volupté avec les cordes et les bois, et quand le ton monte crescendo pour finir en forte, je suis pris d’une émotion intense. J’imagine un paysage de nuit, enneigé, avec des courbes lumineuses violettes qui dansent et se multiplient pour obtenir un bouquet final quand le morceau entre dans son paroxysme. Quand le morceau se finit, je suis limite déçu tellement j’en veux encore… Je me souviens qu’une fois je devais rejoindre ma maman à son travail après les cours pour que nous puissions rentrer ensemble. Ce jour-là, il avait neigé, et toute la ville était recouverte d’une couche de neige. Je marchais en direction de son travail et ayant un peu d’avance je me suis promené dans les rues avec ce morceau dans mes oreilles pour voir la ville enneigée. Tout était calme, paisible, comme si le temps s’était arrêté un instant. J’ai tellement apprécié ce moment qu’il est resté gravé dans ma mémoire.

Les ressentis de Séléné

Avant de lire ce qui va suivre, je vous conseille d’abord de lancer l’écoute de la musique. Ainsi, pendant votre lecture, la musique vous aidera peut-être à mieux interpréter mon écrit. Belle lecture.

Je mets en route le morceau. Je ferme les yeux. Je suis embarquée dans une danse. Une danse qui tourbillonne encore et encore. Qui s’intensifie au fur et à mesure mais qui, rythmée par un tic tac d’horloge, me fait comprendre que la danse ne va pas durer… Puis tout à coup, le tic tac s’évapore. Je n’entends plus que les instruments. Le paysage autour de moi disparaît tandis que je suis happée par la musique… Je suis transportée, et le temps n’a plus sa place. Il disparaît avec moi. Cette danse devient, petit à petit très lente. Je me retrouve à marcher seule sur un chemin. Ce chemin, je le connais. C’est celui près de chez mes grands-parents à la campagne. J’y ai passé tous mes étés d’enfance. La vie et ses aléas m’ont aujourd’hui coupé de cet endroit magnifique où je me sentais pourtant si libre… Mais j’y pense encore. Tous les jours. Je me vois courir sur ce chemin de terre, grimper la colline, déchaîner mes joies et mes peines à travers le vent tandis que je cours… Et puis j’ai le souffle coupé, je m’arrête de courir. Je me retourne, et je vois la maison de mes grands-parents au loin… J’ouvre les yeux. La musique s’est arrêtée. Je suis si nostalgique de mes étés passés à la campagne. Je vois mes souvenirs qui défilent… Puis je souris. Car la vie continue. 

Cette musique choisie par David pour notre chronique sensible, je l’écoute encore et encore… Jusqu’à sentir des larmes qui tentent de me monter aux yeux, mais qui restent bloquées. Mon cher David, merci pour ce joli moment d’émotions que tu m’as offert en me faisant découvrir cette belle mélodie… Merci du fond du coeur.


Si vous écoutez vous aussi cette musique, fermez les yeux. Laissez aller et venir vos pensées et vos émotions, et n’hésitez pas à nous dire ce que vous avez ressenti ou visualisé. Belle écoute.

A très vite,

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Notre Galerie Sensible – salle 3”