Skip to content

Notre Galerie Sensible – Salle 5

Chaque mois, nous observerons une peinture, une sculpture, une photographie, une musique… Et nous rapporterons à tour de rôle ce que nous avons ressenti. Bien entendu, cette galerie vous met aussi à contribution car nous aimerions beaucoup avoir vos retours ! 


Pour la première fois dans la Galerie Sensible, nous vous emmenons à la découverte d’Umbrella, un court-métrage brésilien écrit et réalisé par Helena Hilario et Mario Pece. Oscar du meilleur court-métrage d’animation brésilien en 2021, l’histoire suit Joseph, un petit garçon vivant dans un orphelinat et rêvant d’avoir un parapluie jaune…

Inspiré d’une histoire vraie, espoir et empathie sont au coeur de ce touchant court-métrage. Bon visionnage !

Les ressentis de Séléné

Umbrella en quelques mots ? : Un petit trésor d’émotions. 

La première fois que j’ai vu ce court-métrage, je crois bien que j’ai pleuré. En une fraction de seconde, j’ai été projetée dans un univers où la sensorialité est grande : bruits de gouttes de pluie, impression de froid, buée sur les carreaux, musique douce et émouvante… Un florilège d’émotions m’a accueillie dès le départ : tristesse, colère, nostalgie, espoir et joie…

Je comprends vite que le parapluie jaune dont rêve Joseph est bien plus qu’un simple parapluie. Il matérialise, sous le prisme d’un souvenir, un amour pur et profond. Ce parapluie prend encore une nouvelle dimension lorsqu’une rencontre inattendue vient à Joseph. Celui-ci devient alors un symbole de générosité, d’espoir, de pardon… Il est difficile de vous en dire plus sans dévoiler le court-métrage. J’aimerais beaucoup que vous le regardiez afin de saisir mes propos. Plus que des mots, je vous invite à ressentir cela par vous même au cours de votre visionnage.

Je pense que ce qui m’a le plus touché dans ce court-métrage d’animation, c’est le fait qu’un petit geste peut faire une grande différence dans la vie de quelqu’un. Je suis persuadée qu’un simple sourire ou tout autre minime acte de bonté peut redonner de la joie à quelqu’un… Ce court-métrage nous montre l’importance d’écouter et d’observer vraiment une personne, en comprenant que nous ne pouvons pas la juger sans savoir ce qui se cache dans son passé. Nous traversons toutes et tous des situations que les autres ne peuvent pas imaginer. Passé douloureux, difficultés… Il est important de ne pas juger quiconque car nous ne pouvons pas savoir ce qui se passe dans la vie de cette personne. Au lieu de juger, nous devrions toutes et tous, sans forcément se mettre à la place de l’autre, être simplement gentil. Tant de gens s’énervent les uns contre les autres, s’insultent pour si peu… Ce que montre ce court-métrage, c’est la générosité, l’écoute de l’autre, la sensibilité… Si l’empathie et l’espoir sont au coeur de cette animation, c’est car le monde en a besoin, encore et encore. Et heureusement, il existe plein de belles personnes comme cela ! La musique de fin est implicite en ce sens. De manière dynamique et joyeuse, elle nous offre un brin d’espoir envers l’humanité. J’ai adoré !

©Umbrella

Allez savoir pourquoi, cette histoire m’a fait penser à un monsieur que je connais bien et que j’affectionne. Un jour, alors que j’étais chez lui, il regardait par la fenêtre ses petits enfants jouer dehors dans le jardin. Il me regarde à mon tour et me raconte que plus jeune, sa petite fille posait toujours ses mains sur les carreaux. Pensant qu’il se plaignait de devoir nettoyer après le passage des enfants, j’ai été très surprise et touchée de la suite de son histoire. Il se trouve que ce monsieur n’a pas nettoyé ses vitres pendant des mois à la suite de la visite de sa petite fille. Il aimait contempler cette petite main pleine de vie qui lui avait apporté tant de joie, lui qui vit seul… Si cette histoire n’a rien à voir avec Umbrella, je la trouve charmante, et elle m’émeut beaucoup. Cet amour pur d’un grand-père pour sa petite fille et l’espoir de revoir vite sa petite fille m’a fait penser d’une certaine manière à Joseph, bien que le parapluie laisse place ici à une fenêtre… Et finalement, l’image ci-joint est plutôt évocatrice vous ne trouvez pas ?

Les ressentis de David

Au début du court métrage, pour être honnête avec vous, l’animation m’a quelque peu dérangée. En effet, j’ai eu un peu de mal à m’habituer au design des personnages de l’ensemble. Puis finalement je me suis concentré sur les sons et la pluie (mon petit côté ASMR). J’ai tout de suite remarqué que l’animation a commencé sans musique, si bien que j’ai été étonné quand quelques minutes plus tard, les premières notes se font entendre. 

J’ai bien aimé d’ailleurs cet aspect sans musique au début, cela nous permet vraiment de nous concentrer sur ces premières minutes importantes. Et quel flot d’émotions tout le long de cette vidéo. Tristesse, joie, puis tristesse à nouveau et enfin joie… C’est un ascenseur émotionnel dans un court laps de temps. Les yeux de ce petit garçon m’ont véritablement transpercé le cœur et son histoire d’autant plus. Outre l’histoire triste de ce jeune garçon, ce qui m’a véritablement ému, c’est le partage des jouets avec l’orphelinat, la réaction de la jeune fille une fois qu’elle connait l’histoire et son apparition à la fin. J’aime véritablement voir ces messages d’entraide et cette idée de vouloir redonner du sourire à ceux ou celles qui l’ont perdu. 

J’ai remarqué notamment le changement de couleur bien présent. Nous commençons avec une ambiance plutôt maussade qui finalement s’éclaircit. Je l’analyse comme si finalement l’entraide et l’amour sont les véritables remèdes pour embellir une vie.


Aller plus loin

Instagram d’Umbrella : @umbrellaanimatedshort

Site internet : http://www.umbrella.movie 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.