Aller au contenu

La roue des émotions

Cela fait un moment que je souhaite vous parler de la roue des émotions, un outil que j’ai découvert grâce à un ami il y a plusieurs années, et qui j’espère pourra vous aider vous aussi à identifier vos émotions afin de mieux les traverser. 

Nous autres, personnes hautement sensibles, avons selon moi, pour la plupart, une grande intelligence émotionnelle. D’ailleurs, certains professionnels du sujet commencent à employer le terme de Haut Potentiel Émotionnel afin de qualifier les personnes très sensibles. Cette intelligence émotionnelle nous permet entre autres de voir le visage derrière l’armure de certaines personnes, elle nous permet de voir plus loin que le visible, d’intercepter des messages corporels que la majorité des gens ne voient pas et de mieux comprendre les autres grâce à notre empathie… La haute sensibilité à tout plein de chouettes caractéristiques ! Lorsqu’on la découvre, bien souvent on commence par s’informer sur le sujet, on cherche à comprendre, on essaye d’écouter ses émotions comme on nous le dit dans les livres, plus on avance et plus on essayer de faire tomber notre masque (vous savez, le fameux masque dont je vous parle juste ICI). En montrant notre vrai visage de personne sensible, nos rencontres sont authentiques. Être soi-même amène des gens autour de nous qui nous ressemblent. 

Comment être pleinement soi ?

La première étape est de se rendre compte que plus on refuse une émotion, plus elle revient, plus elle revient intensifié faisant crier notre corps. Nos émotions sont amplifiées de base, alors les repousser ne fait que les renforcer, les faisant durer plus longtemps. Ajoutez à cela les émotions que l’on ressent chez les autres mélangées aux nôtres… Cela peut parfois être difficile de savoir où on en est, et ce que l’on ressent devient un gros fouillis et on a du mal à y voir clair. Heureusement, nous avons à notre portée tout plein d’outils pour nous aider à faire face à ce surplus d’informations émotionnelles : yoga, respiration profonde, méditation, activités créatives, méthode TIPI, soins corporels… Je suis sûre que vous avez votre moyen de prédilection pour faire baisser le niveau de tout ce surplus émotionnel. Cependant, faire baisser le niveau ne nous aide pas forcément à comprendre quelles émotions nous a traversé et pourquoi. Et nous connaître nous et connaître la grande variété de nos émotions fait que l’on vit mieux avec. Bien sûr, cela prend du temps, et tout au long de notre vie, notre expérience évoluera et nous connaîtrons de mieux en mieux nos émotions avec le temps. 

La roue des émotions

Version anglaise.

Pour gagner un peu de temps, je vous propose de vous aider de la roue des émotions. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une roue sur trois niveaux où figurent différentes émotions, chacune répertoriée selon une émotion de base. Mes explications ne sont pas très claires, mais ne vous en faites pas, en réalité c’est très facile. Par exemple, comme émotion de base il y a la tristesse. Une fois que vous avez déterminé que vous vous sentiez triste, la roue vous permet d’affiner votre ressenti avec plusieurs sentiments : êtes vous triste car vous vous sentez seul.e ? Déprimé.e ? Abandonné.e ? Coupable ? Que vous vous ennuyez ? Si votre tristesse découle d’un sentiment de solitude, la roue vous permet encore d’affiner pour mieux comprendre votre émotion : ce sentiment vient-il du fait que vous soyez isolé.e ? Ignoré.e ? Et ainsi de suite… J’espère qu’avec cet exemple vous avez mieux compris comment utiliser la roue des émotions. Je vous mets de toute façon une image que vous pourrez télécharger en PDF si vous le souhaitez. Ce n’est pas la meilleure roue selon moi, j’ai l’impression qu’il manque beaucoup de sentiments. Une version plus complète selon moi est une roue en anglais que je vous mets ici et qui est celle que j’ai utilisée afin de m’aider, cependant, je ne connais pas sa source. 

L’utilisation de cette roue est très positive dans la mesure où il a été démontré que plus nous sommes à même d’identifier facilement nos émotions, et de ce fait nos besoins, plus nous parvenons à mieux les traverser. La neuroscience a d’ailleurs prouvé que pour les enfants et les adolescents, la compétence d’identifier les émotions favorise les apprentissages. En nommant une émotion et un besoin, on est mieux armé pour prendre soin de nous, faire ce qu’il faut pour avancer, et donc nous sommes plus disponibles pour les apprentissages et activités cognitives et intellectuelles. De plus, plus on arrive à identifier, nommer, comprendre nos émotions, plus nous gagnons en confiance en nous. Cela réduit également le stress, puisque les émotions sont moins perçues comme envahissantes ou inconfortables, mais comme des indications à nos besoins. En somme, la roue des émotions est un véritable outil qui nous permet d’aller vers le mieux être ! Je pense que toutes les personnes (hautement) sensibles devraient l’utiliser lorsqu’elles ont du mal à mettre des mots sur leurs ressentis car cela nous donne véritablement les clés de notre propre fonctionnement émotionnel.

Diverses théories autour des émotions

Roue de Robert Plutchik. ©Wikimédia

Il existe plusieurs roues des émotions. Je ne suis pas suffisamment documentée sur le sujet, mais j’aimerais vous parler d’au moins deux roues : la première est celle de Robert Plutchik, un psychologue et professeur américain, qui crée dans les années 1980 une roue pour illustrer sa théorie des émotions. Cette théorie n’est autre qu’une classification des réactions émotives générales. Selon lui, il y aurait huit émotions de base : la joie, la peur, le dégoût, la colère, la tristesse, la surprise, la confiance et l’anticipation. Ces émotions seraient des combinaisons de neurotransmetteurs, un mécanisme biologique qui aurait évolué pour faciliter l’adaptation de l’animal et aurait augmenté ses chances de se reproduire. Robert Plutchik a notamment défendu le fait que chacune des huit émotions déclenche un comportement de survie. Par exemple, la peur déclenche une réaction de fuite ou de combat, dans le but de sauver sa vie. Dans sa roue, il représente les huit émotions de base, classés en deux groupes : il y a les émotions dites “primaires” (la joie, la colère, la tristesse et la peur) et les émotions dites “secondaires” (la confiance, liée à la joie ; le dégoût, lié à la tristesse ; l’anticipation, liée à la colère et la surprise, liée à la peur). Comme il s’agit d’une théorie, il existe bien sur d’autres systèmes de classement, dont celui mis au point par Paul Ekman (psychologue américain, pionnier des études sur les émotions), qui lui, considère qu’il y aurait quatre ou six émotions de base et non pas huit, dans la mesure où il différencie les émotions et des sentiments que celles-ci provoquent. Je ne vais pas m’avancer plus dans l’énumération des travaux de ces deux psychologues au risque de dire des bêtises, mais c’est un sujet très intéressant que je vous invite à découvrir. D’ailleurs, Fanny Marais (coach certifiée dans l’accompagnement des personnes hautement sensibles et Haut Potentiel) évoque dans son dernier ouvrage Hypersensible, 10 séances d’autocoaching pour bien vivre sa singularité au travail, les émotions primaires qui sont au nombre de quatre, pour nous les français (colère, tristesse, joie, peur) et au nombre de six pour les anglosaxons qui ajoutent la surprise et le dégoût. 

Il existe également des roues simplifiées et ludiques pour les enfants, où les émotions sont remplacées par les dessins de soleil ou de nuage par exemple. Ces roues peuvent être de bons moyens pour les aider à mettre des mots sur leurs ressentis. Si ce n’est pas facile pour nous,  imaginez pour eux !

Cette « roue des émotions » est un outil permettant d’identifier, de nommer et de communiquer ses émotions mais aussi ses besoins, en réponse à ce que l’on ressent. N’hésitez pas à me dire si vous avez déjà utilisé ce type d’outil, à me donner votre avis, c’est toujours un plaisir de vous lire. Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi nous rejoindre sur Instagram où nous partageons un contenu différent, notamment en stories. Suite à cet article, nous vous partageons un template “L’echelle des émotions, où vous situez-vous ?” afin de vous permettre de mesurer vos sentiments et émotions à un instant T. 

Indication bibliographique 

©Amazon
  • Daniel Goleman, L’intelligence émotionnelle, Ed. J’ai lu,14,9€.  Pour Daniel Goleman, l’intelligence émotionnelle est le meilleur prédicteur de succès et de réussite. En apprenant à accepter nos ressentis, nous développons nos compétences et nos aptitudes. Vous retrouvez sur la couverture un schéma qui rappelle fortement la roue des émotions, accompagné des thèmes abordés dans le livre. Je n’ai pas encore lu cet ouvrage, bien qu’il soit dans ma liste de lecture depuis des années, alors si vous l’avez lu ou que vous voulez bien faire un échange de livre et me le prêter, n’hésitez pas à laisser un commentaire ! 

A très vite ! 🙂 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *