Skip to content

Ce que j’espère voir en 2022

2022 like 2020 too ? Noooon ! La nouvelle année est arrivée et je ne sais pas pourquoi je sens une énergie nouvelle et meilleure pour son déroulement. Si ça n’est pas le cas, je l’espère tout de même et je ferai ce qu’il faut pour diffuser une bonne énergie lumineuse et emplie de bienveillance. Par ailleurs, je profite de ce premier article de l’année pour vous souhaiter une bonne année 2022 et mes vœux les plus bienveillants qu’ils soient. Chaque début d’année, la tradition voudrait qu’on trouve de nouvelles résolutions comme de grands objectifs qu’on souhaiterait réaliser. Ceci n’est pas une obligation, car je pense que le mieux est de vivre bien avec soi même. C’est déjà un défi suffisamment dur à relever au quotidien, notamment quand on est très sensible. Même si j’ai plusieurs choses que je souhaiterais atteindre cette année, avant tout j’aimerais voir plusieurs mentalités changer dans notre société et je voulais les partager avec vous. 


1. Arrêtons de genrer la sensibilité 

Cette année je désirerais ne plus entendre : “tu es trop sensible… femmelette ! Tu dois être fort comme un homme ! Roh lala, tu es très émotives, tu es bien une femme !” En effet, dans l’esprit de certains la sensibilité est réservée aux femmes et il ne faut pas qu’elle soit excessive… Alors non, la sensibilité n’est pas une question de genre. Aujourd’hui les hommes comme les femmes doivent pouvoir vivre leur sensibilité sans être catégorisés. Nous voyons encore les schémas classiques de cette masculinité toxique où l’homme doit être fort et sans âme et la femme sensible relayée au second plan. Cela doit cesser et en 2022, j’espère qu’on arrêtera de débattre sur la place de l’homme et de la femme. Qu’on arrêtera de croire que la sensibilité est une affaire de femme, car je vous assure qu’il en existe des bien moins sensibles que certains hommes et vice-versa. Et pour cela il faut déconstruire cette image de l’homme tout puissant, viril, dénué d’émotions. Le défi de 2022 est là ! 

2. Soyons plus tolérants

Je me répète sans doute, mais je ne cesserai jamais de croire à un monde beaucoup plus tolérant. Et pas simplement envers la sensibilité, mais tolérant au sens bien plus large. L’année dernière nous avons encore été les spectateurs de violences faites envers certaines communautés. Je ne comprends pas que des êtres humains puissent se sentir supérieurs et tout puissants face à d’autres être humains, au point de les mépriser voire de les exterminer. Qu’il soit question de couleurs de peaux, de tailles, de poids, d’orientations sexuelles ou autre, nous devons accepter les spécificités de chacun. Pour cela je compte sur les nouvelles générations, car c’est eux qui portent l’avenir. D’où l’intérêt de montrer l’exemple et de leur inculquer des valeurs importantes. 

3. Pratiquons la vraie bienveillance

Arrêtons les faux bienveillants et les critiques soient disant constructives derrières lesquelles certains se cachent pour rabaisser d’autres personnes. Je ne dis pas qu’il ne faut rien dire, mais faisons-le quand cela est vraiment nécessaire et ayons les mots justes. La bienveillance est un terme à la mode et beaucoup pense agir en ce nom alors que ça n’est pas le cas. Peut-être devons-nous revoir notre manière de communiquer ou d’interagir avec ceux qui nous entourent. 

4. Prêtons attention à l’intelligence émotionnelle

C’est un vrai défi à prendre en compte, notamment au travail. Les dirigeants et managers ont un véritable manque à gagner en revoyant certaines techniques de management. Car en effet, ces dernières années, avec la crise sanitaire et autres problèmes d’actualité, nous sommes tous excédés et nous ne parvenons plus à mettre nos émotions au bas de la porte. D’ailleurs nous ne devrions même pas le faire. Les émotions sont inhérents à l’être humain et doivent être prises en considération. Je suis certain qu’un vrai bon manager arriverait à obtenir de très belles choses de ses collaborateurs, s’il prenait en compte de manière juste et équilibrée les émotions de ceux-ci et s’il pratiquait la “vraie bienveillance”. 

5. Connectons-nous davantage à la nature 

Je ne cesse de penser au premier confinement, et où partout dans le monde, pendant que nous étions en arrêt forcé, la nature reprenait son souffle. Je revois encore des images de Venise aux eaux redevenues bleu turquoise, les canards se baladant tranquillement dans les rues désertes de Paris… La nature reprenait au fur et à mesure ses droits jusqu’à notre reprise. Et maintenant nous voilà repartis dans un monde effréné en quête de gros chiffres et n’hésitant pas à détruire cette nature présente depuis des années et indispensable à la vie humaine… Alors je ne cesse de me dire qu’il faut que je me connecte à elle de plus en plus, car je suis certain qu’elle a de nombreuses choses à nous apprendre et davantage de bienfaits à nous prodiguer. Cette année, je compte bien faire plus de balades en forêt ou dans des lieux où je pourrai me perdre à travers elle.


Je pourrais vous citer encore bien des choses à changer dans notre société actuelle. Mais je remarque déjà que certains esprits changent et que des valeurs autrefois oubliées sont en marche. Car oui, c’est à chacun de faire des gestes simples, pour faire bouger les lignes. Et si chacun ajoute sa pierre à l’édifice, la réaction en chaîne nous donnera, je l’espère, de beaux résultats. Pour recueillir de belles valeurs et entendre des paroles justes et bienveillantes, je vous invite à regarder les nombreuses conférences qui auront lieu lors de la Semaine de la Sensibilité du 8 au 16 janvier. De nombreux sujets y seront évoqués, nous promettant une semaine riche en partage, et en bonne pratique à adopter pour 2022. 

En attendant cette semaine, quels sont tes souhaits pour 2022 ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.